Skip to main content
×
Home

L’Église, la cité et la modernité

  • Florian Mazel (a1)
Résumé
Résumé

Le dernier ouvrage de Dominique Iogna-Prat, Cité de Dieu, cité des hommes. L’Église et l'architecture de la société, 1200-1500, qui s'inscrit dans la postérité intellectuelle et chronologique de La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), se présente comme un essai sur l’émergence de la ville en tant que figure symbolique et politique de la cité des hommes entre 1200 et 1700, et sur les effets de cette émergence sur l’Église, qui avait assumé cette fonction avant 1200. Il nourrit une réflexion ambitieuse sur les origines de la modernité, qui vise à dépasser les impasses de la philosophie politique, prompte à ignorer les siècles médiévaux et le moment scolastique, et à relativiser l'effacement de l'institution ecclésiale à partir de la Renaissance. Il rejette l'opposition binaire entre l’Église et l’État, propose une nouvelle périodisation de l’«entrée en modernité» et souligne l'importance des enjeux spatiaux (ici principalement en termes de représentation), s'inscrivant ainsi dans un courant de l'historiographie française attaché depuis plus d'une décennie à réintroduire la question de l'espace au cœur de l'histoire sociale et politique. La démonstration, stimulante, suscite cependant quelques interrogations. Celles-ci portent sur les effets de la Réforme protestante, la puissance croissante des États et le processus de «sécularisation» ou, plus encore, sur l'articulation entre une logique de polarisation de l'espace et une logique de territorialisation dans les pratiques de gouvernement et l'encadrement de la société, toutes deux promues par l'institution ecclésiale, avant les États eux-mêmes.

Abstract

Dominique Iogna-Prat's latest book, Cité de Dieu, cité des hommes. L’Église et l'architecture de la société, 1200–1500, follows on both intellectually and chronologically from La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800–v. 1200). It presents an essay on the emergence of the town as the symbolic and political figure of society (the “city of men”) between 1200 and 1700, and on the effects of this development on the church, which had held this function before 1200. This feeds into an ambitious reflection on the origins of modernity, seeking to move beyond the impasse of political philosophy—too quick to ignore the medieval centuries and the Scholastic moment—and to relativize the effacement of the institutional church from the Renaissance on. In so doing, it rejects the binary opposition between the church and the state, proposes a new periodization of the “transition to modernity,” and underlines the importance of spatial issues (mainly in representational terms). This last element inscribes the book in the current of French historiography that for more than a decade has sought to reintroduce the question of space at the heart of social and political history. Iogna-Prat's stimulating demonstration nevertheless raises some questions, notably relating to the effects of the Protestant Reformation, the increasing power of states, and the process of “secularization.” Above all, it raises the issue of how a logic of the polarization of space was articulated with one of territorialization in the practices of government and the structuring of society—two logics promoted by the institutional church even before states themselves.

Copyright
References
Hide All

1 Iogna-Prat Dominique, La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Éd. du Seuil, 2006 .

2 On peut prendre la mesure du chemin parcouru en relisant deux synthèses historiographiques : Iogna-Prat Dominique, Lauwers Michel et Zadora-Rio Élisabeth, «La spatialisation du sacré dans l'Occident latin (iv e-xiii e s.)», Centre d’études médiévales d'Auxerre. Études et travaux, 1, 1998-1999, p. 44-57  ; Bourin Monique et Zadora-Rio Élisabeth, «Analyses de l'espace», in Schmitt J.-C. et Oexle O. G. (dir.), Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 493-510 .

3 Voir, entre autres, Fixot Michel et Zadora-Rio Élisabeth (dir.), L’église, le terroir, Paris, Éd. du Cnrs, 1989  ; Schneider Laurent, «Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. L'exemple d'un terroir du Biterrois nord-oriental», Archéologie du Midi médiéval, 10-1, 1992, p. 3-37  ; Fixot Michel et Zadora-Rio Élisabeth (dir.), L'environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Paris, Éd. de la Msh, 1994  ; Lorren Claude et Périn Patrick (dir.), L'habitat rural du haut Moyen Âge. France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, Rouen, Association française d'archéologie mérovingienne, 1995  ; Codou Yann, «Le paysage religieux et l'habitat rural en Provence de l'Antiquité tardive au xii e siècle», Archéologie du Midi médiéval, 21-1, 2003, p. 33-69 .

4 Pour des références complémentaires, voir Lauwers Michel, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005, p. 325-361 .

5 Voir notamment Galinié Henri et Zadora-Rio Élisabeth (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Tours, Féracf, 1996  ; Treffort Cécile, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996  ; M. Lauwers, Naissance du cimetière. . ., op. cit.

6 Voir notamment Dominique Iogna-Prat et Élisabeth Zadora-Rio (dir.), no spécial «La paroisse, genèse d'une forme territoriale», Médiévales, 49, 2005.

7 M. Lauwers, Naissance du cimetière. . ., op. cit., p. 269-274 ; Toubert Pierre, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ix e à la fin du xii e siècle, Rome, École française de Rome, 1973, p. 305-550 .

8 Méhu Didier, Paix et communautés autour de l'abbaye de Cluny, x e-xv e siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2001 .

9 Noizet Hélène, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ix e-xiii e siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007 .

10 Iogna-Prat Dominique, Cité de Dieu, cité des hommes. L’Église et l'architecture de la société, 1200-1500, Paris, Puf, 2016 (les paginations indiquées entre parenthèses dans la suite du texte se réfèrent à cette édition).

11 Black Antony, Political Thought in Europe, 1250-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 11 .

12 Cette pensée est exposée dans les trois grands ouvrages rédigés par Guillaume d'Ockham dans les années 1330-1340 : Breviloquium de potestate papae, De imperatorum et pontificum postestate et Dialogus.

13 Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 86-91 .

14 Dante, Le banquet (IV, IV) et La monarchie (I, III), in Œuvres complètes, éd. et trad. par C. Bec, Paris, Gallimard, 1965, p. 307-308 et 441.

15 Kantorowicz Ernst, « Mystères de l’État. Un concept absolutiste et ses origines médiévales (bas Moyen Âge) », in Kantorowicz E., Mourir pour la patrie et autres textes, trad. par L. Mayali et A. Schütz, Paris, Fayard, [1955] 2004, p. 93-125 .

16 Pierre Grégoire, De Republica libri sex et viginti, Lyon/Pont-à-Mousson, s. n., 1596 ; Johann Heinrich Alsted, Encyclopaedia, Herborn, s. n., 1630 ; Johann Angelius Werdenhagen, Introductio universalis in omnes respublicas. Sive Politica generalis, Amsterdam, s. n., 1632.

17 Jacques Le Goff, «Pour un long Moyen Âge» [1983], L'imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. 7-13 ; Guerreau Alain, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, Le Sycomore, 1980 .

18 Manent Pierre, Les métamorphoses de la cité. Essai sur la dynamique de l'Occident, Paris, Flammarion, 2010 .

19 La compétition entre ces deux universalismes que sont la papauté et l'empire, qui s'achève pour l'essentiel au milieu du xiii e siècle par la victoire de la première, dit bien la force de l'universalisme porté par le modèle ecclésial traditionnel, même si elle en perturbe la réalisation.

20 Skinner Quentin, Les fondements de la pensée politique moderne, trad. par J. Grossman et J.-Y. Pouilloux, Paris, Albin Michel, [1978] 2001  ; Walzer Michael, La révolution des saints. Éthique protestante et radicalisme politique, trad. par V. Giroud, Paris, Belin, [1965] 1987 .

21 Sur le rôle de l’Église en général, voir Lauwers Michel, «L’Église dans l'Occident médiéval. Histoire religieuse ou histoire de la société? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au xx e siècle», Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 121-2, 2009, p. 267-290  ; Lauwers Michel et Mazel Florian, «Le ‘premier âge féodal’, l’Église et l'historiographie française», in Iogna-Prat D. et al. (dir.), Cluny. Les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, Pur, 2013, p. 11-18 . Sur la dîme ou le diocèse, voir Michel Lauwers (dir.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout, Brepols, 2012 ; Mazel Florian, L’évêque et le territoire. L'invention médiévale de l'espace (v e-xiii e siècle), Paris, Éd. du Seuil, 2016 .

22 En décalquant une expression de Héritier Françoise, L'exercice de la parenté, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1981 .

23 F. Mazel, L’évêque et le territoire. . ., op. cit.

24 Sur ces deux catégories, voir Lauwers Michel, «Le cimetière dans le Moyen Âge latin. Lieu sacré, saint et religieux», Annales HSS, 54-5, 1999, p. 1047-1072 .

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Annales. Histoire, Sciences Sociales
  • ISSN: 0395-2649
  • EISSN: 1953-8146
  • URL: /core/journals/annales-histoire-sciences-sociales
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 10
Total number of PDF views: 29 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 66 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between 23rd August 2017 - 15th December 2017. This data will be updated every 24 hours.