Skip to main content
×
×
Home

Entre science et politique. La conjonction du positivisme et du décisionnisme dans la sociologie du droit de Max Weber

  • Frédéric Vandenberghe (a1)
Abstract

This article uncovers and investigates the vision of the world behind Max Weber's sociology of law. Taking a stand against Weber's epistemological nominalism, ethical relativism and political decisionism, the author critically analyses Weber's vision of science as a vocation and shows that his defense of axiological neutrality is not axiologically neutral. It represents rather a particular position within ethics, which affects his account of the disenchantment of the world, his vision of the rationalization of law and his decisionistic appeal for a strong political leader.

L'article révèle et analyse la vision du monde qui se cache derrière la philosophie du droit de Max Weber. Prenant position contre le nominalisme épistémologique, le relativisme éthique et le décisionnisme politique de Weber, l'auteur soumet la vision wébérienne de la science comme vocation à une critique et montre que la neutralité axiologique n'est pas axiologiquement neutre. Cette doctrine constitue une prise de position éthique qui n'est pas sans incidence sur sa description du désenchantement du monde, de la rationalisation du droit et son appel politique en faveur d'un leader fort.

Copyright
References
Hide All

1 «Wovon man nicht sprechen kann, darüber muß man schweigen» – «Sur ce dont on ne peut pas parler, on se doit de se taire». Voir Wittgenstein, L., Tractatus Logico-Philosophicus, dans Werkausgabe, Band 1, Francfort sur le Main, Suhrkamp, Abhandlung7, à la dernière ligne.

2 Bourdieu, P., Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

3 Pour la distinction entre ‘vivre pour’ et ‘vivre de’ voir Weber, M., «Politik als Beruf» dans Max Weber Gesamtausgabe, Band 17, Tübingen, J.P. Mohr, 1992 aux pp. 169 et s.

4 Rickert, H., «Max Weber's View of Science» dans Lassman, P., Velody, I. et Martins, H., dir., Max Weber's ‘Science as a Vocation’, Londres, Unwin Hyman, 1989 à la p. 80.

5 Weber, M., Die protestantische Ethik und der ‘Geist’ des Kapitalismus, Bodenheim, Neue Wissenschaftliche Bibliothek, 1993 à la p. 153.

6 Voir Wolin, S., «Max Weber. Legitimation, Method, and the Politics of Theory» (1981) 9:3Political Theory aux pp. 401–24, spécialement 412 et s.

7 Weber, M., «Wissenschaft als Beruf» dans Max Weber Gesamtausgabe, Band 17, Tübingen, J.P. Mohr, 1992 à la p. 109.

8 La subjectivisation de la raison est le thème principal de la version horkheimerienne de la dialectique de la raison. Dans une note en bas de page, il situe explicitement Weber dans la tradition subjectiviste: «Max Weber adhérait tellement à cette lignée subjectiviste qu'il ne pouvait plus concevoir aucune rationalité – même pas une rationalité ‘substantielle’ qui lui permettrait de distinguer une fin d'une autre. Si nos pulsions, nos intentions, et enfin notre décision ultime doivent être jugées a priori comme irrationnelles, alors la raison substantielle devient sans plus un facteur de corrélation et donc essentiellement ‘fonctionnelle’». Voir Horkheimer, M., Eclipse of Reason, New York, Seabury Press, 1974 à la p. 6, note.

9 Ricoeur, P.: «Préface» dans Bourretz, P., Les promesses du monde. Philosophie de Max Weber, Paris, Gallimard, 1996 à la p. 12.

10 L'éthique de la responsabilité inclut la possibilité d'une discussion sur les conséquences possibles d'un acte pour autant que ce dernier entre en conflit avec les valeurs ultimes que l'acteur poursuit. Cependant, ici je tiens à insister sur le fait que les fins ultimes en tant que telles ne peuvent pas faire l'objet d'une discussion rationnelle. De ce point de vue, la tentative admirable de Wolfgang Schluchter pour rapprocher l'éthique wébérienne de la responsabilité de l'éthique habermassienne de la discussion représente une surinterprétation qui sous-estime sciemment la forte teneur nietzschéenne du décisionnisme de Weber. Voir Schluchter, W., Religion und Lebensführung. Studien zu Max Webers Kultur und Werttheorie, Band 1, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1988, aux pp. 200–73, spécialement 225 et s., 314–33.

11 Nietzsche, F., «Also sprach Zarathustra» dans Werke (Schlechta), Band 2, Munich, Carl Hanser Verlag, 1969 à la p. 523.

12 Kuhn, T., The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1970, c. 4.

13 Weber, M., «Vorbemerkung» dans Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, Band 1, Tübingen, J.B. Mohr, 1988 à la p. 14.

14 Luhmann, N., «Handlungstheorie und Systemtheorie» dans Soziologische Aufklärung 3, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1991 à la p. 50.

15 Baechler, J., «Mais qu'est-ce que la sociologie?» (2004) 24:2Revue du Mauss aux pp. 147–54.

16 Voir Hanson, N., Patterns of Discovery. An Inquiry into the Conceptual Foundations of Science, Cambridge, Cambridge University Press, 1958 à la p. 5 et s.

17 Pour un inventaire plus ou moins complet des questions métathéoriques, voir Alexander, J.C., Theoretical Logic in Sociology. Positivism, Presuppositions, and Current Controversies, vol. I, Berkeley, University of California Press, 1982.

18 Wolin, S., Hobbes, Los Angeles, University of California Press, 1970 à la p. 8.

19 Lassman, P. et Velody, I., «Max Weber on Science. Disenchantment and the Search for Meaning» dans Max Weber's ‘Science as a Vocation’, supra note 4 à la p. 172.

20 Weber, M., «Zwischenbetrachtung: Theorie der Stufen und Richtungen religiöser Weltablehnung» dans Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, Band 1, 1915, aux pp. 536–73 et «Wissenschaft als Beruf» dans Max Weber Gesamtausgabe, supra note 7, passim.

21 Weber, «Wissenschaft als Beruf», supra note 7 à la p. 99.

22 «Deux voies sont ouvertes: Hegel, ou notre manière de traiter les choses» (M. Weber, Lettre à Franz Eulenburg, 11 mai 1909, tel que cité dans Collliot-Thélène, C., Le désenchantement de l'État. De Hegel à Max Weber, Minuit, Paris, 1992 à la p. 5).

23 Wolin, supra note 6 à la p. 403.

24 Weber, «Wissenschaft als Beruf», supra note 7 aux pp. 109–10.

25 Ricoeur traduit le mythos d'Aristote par ‘mise en intrigue’. Dans le cadre d'une analyse narrative du récit historique, il en a développé la théorie dans le premier volume de Temps et Récit. L'intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983 aux pp. 85–129.

26 La discussion qui suit s'inspire des textes suivants de Habermas, J.: ‘Dogmatismus, Vernunft und Entscheidung — Zu Theorie und Praxis in der verwissenschaftlichen Zivilisation’ dans Theorie und Praxis. Sozialphilosophische Studien, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1963 aux pp. 307–35 et «Verwissenschaftliche Politik und öffentliche Meinung» dans Technik und Wissenschaft als ‘Ideologie’, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1974 aux pp. 120–45.

27 «Nous pouvons définir le nihilisme de la façon la plus simple comme incapacité à défendre la civilisation contre le cannibalisme» (Strauss, L., The Rebirth of Classical Political Rationalism, Chicago, University of Chicago Press, 1989 à la p. 9).

28 Voir Schickel, J., Gespräche mit Carl Schmitt, Berlin, Merve Verlag, 1993 à la p. 71.

29 D'un point de vue normatif, la position de Weber est ambiguë. En tant que juriste, il estime que le droit doit suivre le droit chemin de la formalisation et de la rationalisation (à la limite, on retrouve l'idée luhmannienne d'un système de droit autonome et autopoiétique); en tant que théoricien du politique, il estime, en revanche, que la tâche du politique responsable consiste à introduire des considérations éthiques dans le droit, sans pour autant abolir l'autonomie du système juridique et tout en respectant l'État de droit. De ce point de vue, le ‘coup d'État’, préconisé et justifié par Carl Schmitt, constitue une dérive fascisante qui s'éloigne de la position wébérienne.

30 Weber, M., Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriss der verstehenden Soziologie, J Tübingen, B. Mohr, 1972 à la p. 396.

31 Ibid. à la p. 565.

32 Pour une critique de la sociologie du droit de Weber, voir Habermas, J., Faktizität und Geltung. Beiträge zur Diskurstheorie des Rechts und des. demokratischen Rechtsstaats, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1992 aux pp. 541–99, spécialement 541–52.

33 Weber, M., Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, J.B. Mohr, 1985 aux pp. 503–04.

34 Weber, , Wirtschaft und Gesellschaft, supra note 30 à la p. 17.

35 Parsons, T., The Structure of Social Action. Glencoe, Free Press, 1937, troisième partie.

36 La réduction wébérienne de la force du droit à la contrainte paraît datée au regard de l'évolution contemporaine de la régulation juridique (droit souple, programmatique, réflexif, etc.). Voir Willke, H., «Diriger la société par le droit?» (1986) 31 Archives de Philosophie du Droit aux pp. 189214 (Je remercie l'évaluateur anonyme de Droit et Société pour cette référence).

37 Voir Lefort, C., Essais sur le politique (XIXe–XXe siècles), Paris, Gallimard, 1986.

38 La formulation classique de la vision ‘réaliste’ de la démocratie se trouve dans Schumpeter, J., Capitalism, Socialism and Democracy, Londres, Allen et Unwin, 1976, c. 2123.

39 Voir Weber, Wirtschaft und Gesellschaft, supra note 30 aux pp. 661 et s.

40 Weber, «Politik als Beruf» supra note 3.

41 Cohn, G., Crítica e Resignação. Max Weber e a teoria social. São Paulo, M. Fontes, 2003 à la p. 187.

* Chercheur post-doctoral à l'Université pour les sciences humanistes à Utrecht (Pays-Bas) et professeur invité au département de sociologie de l'université de Brasília (Brésil). Dans cet article, je reprends des arguments que j'ai plus longuement développés ailleurs, notamment dans «La philosophie marginale de Max Weber» dans S. Bateman, R. Ogien et P. Pharo, dir., Une sociologie pour l'éthique. Autour des travaux de Paul Ladrière, Paris, CNRS, 2000, 59–84.

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Canadian Journal of Law and Society / La Revue Canadienne Droit et Société
  • ISSN: 0829-3201
  • EISSN: 1911-0227
  • URL: /core/journals/canadian-journal-of-law-and-society-la-revue-canadienne-droit-et-societe
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 6 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 76 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between September 2016 - 15th August 2018. This data will be updated every 24 hours.