Skip to main content Accessibility help
×
Home

Gains linguistiques anticipés et appui à la souveraineté du Québec

  • Richard Nadeau (a1) and Christopher J. Fleury (a2)

Abstract

This article compares various indicators in order to establish the weight of linguistic considerations in the constitutional choices of francophone Quebeckers. This comparison is made within a model which also takes into account the respondents' feelings of attachment to Quebec and Canada and their expectations of sovereignty's economic consequences. The results show that an adequate measure of the expected linguistic gains associated with sovereignty must take into account both the comparative and prospective dimensions of these expectations. The use of one such measure confirms the often-stated but previously unproven thesis that linguistic considerations play a crucial role in Quebeckers' constitutional choices.

Cet article compare divers indicateurs afin d'établir quel serait le poids des considérations linguistiques dans les choix constitutionnels des Québécois francophones. Cette comparaison est menée en employant un modèle tenant également compte des sentiments d'attachement des personnes interrogées envers le Québec et le Canada ainsi que de leurs attentes quant aux conséquences économiques de la souveraineté. Les résultats montrent qu'une mesure adéquate des gains linguistiques attendus de la souveraineté doit être étabile en termes comparatifs et prospectifs. L'emploi d'une telle mesure confirme la thése, davantage invoquée que démontrée à ce jour, voulant que les considérations linguistiques jouent un rôle crucial dans les choix constitutionnels des Québécois.

Copyright

References

Hide All

1 Pinard, Maurice,«The Quebec Independence Movement: A Dramatic Reemergence», Working Papers in Social Behaviour, no 9296 (Montréal: Department of Sociology, McGill University, 1992).

2 Blais, Voir André et Nadeau, Richard, «To Be or Not to Be Sovereignist: Quebeckers' Perennial Dilemma», Canadian Public Policy/Analyse de politiques 18 (1992), 89103; André Blais et Elisabeth Gidengil, «The Quebec Referendum: Why Did Quebeckers Say No,?», présenté au Congrès annuel de l'Association canadienne de science politique, Ottawa, Ontario, juin 1993; Dion, Stéphane, «Explaining Quebec Nationalism», dans R. Kent Weaver, dir., The Collapse of Canada? (Washington: Brookings, 1992); Dion, Stéphane, «The Quebec Challenge to Canadian Unity», PS 26 (1993), 3843; Martin, Pierre, «Générations politiques, rationalité économique et appui à la souveraineté au Québec», cette REVUE 27 (1994), 345359; Martin, Pierre, «Association after Sovereignty? Canadian Views on Economic Association with a Sovereign Quebec», Canadian Public Policy/Analyse de politiques 21 (1995), 5371; Meadwell, Hudson, «The Politics of Nationalism in Quebec», World Politics 45 (1993), 203241; Nadeau, Richard, «Le Virage souverainiste des Québécois, 1980–1990», Recherches sociographiques 33 (1992), 928; et Pinard, «The Quebec Independence Movement».

3 Pinard est le plus explicite quant à l'adoption de cette terminologie coûtsbénéfices: «In Quebec […] the relative popularity of various constitutional options (renewed federalism, sovereignty-association and complete independence) is very much determined by their expected costs and rewards» (Pinard, «The Quebec Independence Movement», 13).

4 Dion, «The Quebec Challenge to Canadian Unity»; et Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum».

5 Pinard, Maurice et Hamilton, Richard, «Motivational Dimensions in the Quebec Independence Movement: A Test of A New Model», Research in Social Movements, Conflicts and Change 9 (1986), 225280.

6 Ces études dites plus anciennes ont été principalement menées peu avant et peu après le référendum du mai 1980. Clarke, Voir Harold D., Jenson, Jane, LeDuc, Lawrence et Pammett, Jon, Political Choice in Canada (Toronto: McGraw-Hill Ryerson, 1979); Kornberg, Allan, Smith, Joel et Clarke, Harold D., Citizen Politicians-Canada (Durham: Carolina Academic Press, 1979);Kornberg, Allan, Clarke, Harold D. et Stewart, Marianne C., «Federalism and Fragmentation: Political Support in Canada», Journal of Politics 41 (1979), 889906; et Clarke, Harold D., «The Parti Québécois and Sources of Partisan Realignment in Contemporary Quebec», Journal of Politics 45 (1983), 6485.

7 Easton, David, A Systems Analysis of Political Life (New York: Wiley, 1965).

8 Clarke, Voir, «The Parti Québécois and Sources of Partisan Realignment», 73.

9 Meadwell, «The Politics of Nationalism in Quebec».

10 De nombreuses éludes récentes ont permis d' établir le bien-fondé de cette conception de la décision politique qui s'inspire des travaux d'Anthony Downs (An Economic Theory of Democracy [New York: Harper & Row, 1957]). L'aspect comparatif des choix politiques a été mis en lumière par Fiorina, Morris P., Retrospective Voting in American National Elections (New Haven: Yale University Press, 1981); Miller, Arthur H. et Wattenberg, Martin P., «Throwing the Rascals Out: Policy and Performance Evaluations of Presidential Candidates, 1952–1980», American Political Science Review 79 (1985), 359372; et Nadeau, Richard, Niemi, Richard G. et Amato, Timothy, «Prospective and Comparative or Retrospective and Individual? Party Leaders and Party Support in Great Britain», British Journal of Political Science (forthcoming 1995). Le poids des considérations prospectives dans les choix électoraux a été établi dans de nombreux travaux. Kuklinski, Voir James et West, Darrell, «Economic Expectations and Voting Behavior in the United States House and Senate Elections», American Political Science Review 75 (1981), 436447;Sanders, David, Ward, Hugh et Marsh, David, avec Fletcher, Tony, «Governmental Popularity and the Falklands War: A Reassessment», British Journal of Political Science 17 (1987), 281313; Sanders, David, Ward, Hugh et Marsh, David, «Macroeconomics, the Falklands War, and the Popularity of the Thatcher Government: A Contrary View», dans Helmut Norpoth, Michael S. Lewis-Beck et Jean-Dominique Lafay, dir., Economics and Politics (Ann Arbor: University of Michigan Press, 1991); Sanders, David, Marsh, David et Ward, Hugh, «The Electoral Impact of Press Coverage of the British Economy, 1979–87», British Journal of Political Science 23 (1993), 175210; Sanders, David, «Government Popularity and the Next General Election», Political Quarterly 62 (1991), 235261; Sanders, David, «Why the Conservatives Won—Again», dans Anthony King et al., dir., Britain at the Polls 1992 (Chatham, N.J.: Chatham House Publishers, 1993); MacKuen, Micheal B., Erikson, Robert S. et Stimson, James A., «Peasants or Bankers? The American Electorate and the U.S. Economy», American Political Science Review 86 (1992), 597611; et Nadeau, Richard, Niemi, Richard G. et Amato, Timothy, «Expectations and Preferences in British General Elections», American Political Science Review 88 (1994), 371383.

11 Pinard et Hamilton, «Motivational Dimensions in the Quebec Independence Movement»; Blais et Nadeau, «To Be or Not to Be Sovereignist»; Pinard, «The Quebec Independence Movement»; Dion, «Explaining Quebec Nationalism»; Dion, «The Quebec Challenge to Canadian Unity»; et Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum».

12 Voir Pinard et Hamilton, «Motivational Dimensions in the Quebec Independence Movement»; Blais et Nadeau, «To Be or Not to Be Sovereignist»; Pinard, «The Quebec Independence Movement»; Dion, «Explaining Quebec Nationalism»; Dion, «The Quebec Challenge to Canadian Unity»; et Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum». II serait pertinent de comparer l'effet des attentes économiques portant sur l'individu lui-même ou sur l'économie québécoise dans son en semble. Sur cette distinction entre les perceptions économiques dites égocentriques et sociotropiques, Kinder, voir Donald R. et Kiewiet, D. Roderick, «Sociotropic Politics: The American Case», British Journal of Political Science 11 (1981), 129162, et Lewis-Beck, Michael S., «Comparative Economic Voting: Britain, France, Germany, Italy», Americal Journal of Political Science 30 (1986), 315346. La mesure utilisée dans le présent texte est de type égocentrique.

13 Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum».

14 Pinard et Hamilton, «Motivational Dimensions in the Quebec Independence Movement».

15 Le lien direct avec une option constitutionnelle est cependant davantage propice à la manifestation d'un effet de projection dans les réponses fournies.

16 Voir la note 10. Notons que cet argument voulant que la supériorité de la mesure de Pinard et Hamilton tienne à son orientation prospective doit être nuancé dans la mesure ou la perception d'une menace pour le français pourra relever en partie d'une projection de la situation de cette langue dans l'avenir.

17 Les autres combinaisons des indicateurs linguistiques sont examinées en détails à la section suivante.

18 Ce sondage, effectué par le service des recherches de Radio-Canada/CBC en collaboration avec Richard Nadeau de l'Université de Montréal, a été réalisé par la firme CROP au Québec du 17 au 22 septembre 1993. Mille-et-une entrevues ont été complétes à partir d'un échantillon probabiliste ne prévoyant aucun remplacement dans le foyer. Le niveau d'appui à la souveraineté observé dans cet échantillon, 38 pour cent, apparaît crédible en comparaison avec d'autres sondages similaires (en particulier, Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum») et, surtout, compte tenu de la formulation de la question sur les options constitutionnelles dans ce sondage (il est connu que léappui à la souveraineté tend à diminuer lorsque l'option du fédéralisme décentralisé est présentée aux répondants; sur cette question, voir, en particulier, Pinard, «The Quebec Independence Movement»). L'ensemble des autres statistiques du sondage, composition de l'échantillon, distribution des opinions et des attitudes politiques, nous porte à croire à la validité de cette enquête.

19 Blais et Nadeau, «To Be or Not to Be Sovereignist»; Nadeau, «Le Virage souverainiste»; et Martin, «Générations politiques».

20 Blais et Nadeau, «To Be or Not to Be Sovereignist»; Nadeau, «Le Virage souve- rainiste»; Pinard, «The Quebec Independence Movement»; Blais et Gidengil, «The Quebec Referendum»; et Martin, «Generations politiques».

21 Une attention plus particulière est portée à la distribution de ces variables à la prochaine section.

22 Plusieurs variables socio-économiques (âge, sexe, région, scolarité et revenu) ont été ajoutées à ce modéle de base. Ces variables n'ajoutant pratiquement rien à l'explication de la variable dépendante, le modèle final retenu ne comprendra done que des variables dites de perception et d'attitude. Ce fait ne doit pas être interprété comme signifiant l'absence de clivages socio-démographiques entre les clientéles souverainiste et fédéraliste puisque ces clivages se manifestent clairement dans les évaluations des coûts et des bénéfices associés aux options constitutionnelles. Cet effet indirect des variables socio-économiques sera examine dans un prochain texte.

23 Les coefficients présentés dans ce tableau ont été obtenus en employant la méthode d'estimation dite des moindres carrés ordinaires. Étant donné que la variable dépendante dans toutes nos analyses est de type dichotomique (prenant la valeur de 1 si le répondant est souverainiste et de 0 dans le cas contraire), il aurait été préférable d'avoir recours à la méthode de régression logistique (Aldrich, John et Nelson, Forrest D., Linear Probability, Probit, and Logit Models [Beverly Hills: Sage, 1984]; et DeMaris, Alfred, Logit Modeling: Practical Applications [Newbury Park, Calif.: Sage, 1992]). Cependant, comme les résultats obtenus en employant l'une et l'autre méthode sont à peu prés similaires, nous avons choisi de présenter les coefficients de régression des moindres carrés ordinaires qui sont beaucoup plus simples à interpréter.

24 L'examen des coefficients standardisés confirme cette interpretation. Dans la première équation, le coefficient standardisé de la variable attachement est de 0,42, la somme des coefficients des variables économiques est de 0,33 et le coefficient de la variable français menacé est de 0,08. Dans la seconde, le coefficient de la variable attachement est de 0,40, la somme des coefficients des variables économiques est de 0,29 et la somme des coefficients des variables linguistiques est de 0,31.

25 La même logique nous a menés à examiner l'effet des variables économiques en termes relatifs, c'est-à-dire à voir si l'impact des attentes économiques de la souveraineté différait selon le niveau du revenu ou les perceptions économiques des individus. Ces analyses nous ont amends a rejeter dans tous les cas l'hypothèse d'une interaction entre ces variables et les attentes économiques liées à la souveraineté. Nous croyons néanmoins que les chercheurs devraient continuer à examiner cette possibilité.

26 L'emploi de la forme multiplicative des variables linguistiques dans une analyse de régression a également confirmé l'existence de cet effet d'interaction.

27 question, Sur cette, Blais, voir et Nadeau, , «To Be or Not to Be Sovereignist», 9596, et Fleury, Christopher, «Short-Term Economic Perceptions and Support for the Independence of Quebec», thèse de doctorat non publiée, Département de science politique, University of Iowa, 1994. II est a noter que cette conception de l'attachement en tant que variable antécédente aux choix constitutionnels n'est pas incompatible avec les vues d'auteurs privilégiant la notion d'identité (Pinard, «The Quebec Inde pendence Movement»; et Meadwell, «The Politics of Nationalism in Quebec»).

28 L'épisode du lac Meech aurait constitué, selon Maurice Pinard ( «The Quebec In dependence Movement»), le type d'événement dramatique pouvant amener chez certains un réexamen de leur identité. Le fait que l'attachement au Canada est beaucoup plus vivace chez les Québécois francophones de plus de 50 ans autorise a supposer que le remplacement généationnel pourrait favoriser la progression de la these souverainiste.

28 Cette perspective est partagée par Meadwell («The Politics of Nationalism in Quebec», 216): «The constraining condition is the problem of transition to independence and the economic viability of the group, if it were to become politically independent.»

29 Une asymétrie aussi grande entre les aspects économiques et linguistiques du debat montre clairement que les variables linguistiques dans notre modéle forment une dimension distincte des délibérations individuelles menant aux choix constitutionnels et qu'elles ne peuvent être considérées comme de simples indicateurs mesurant la rentabilité escomptée d'un investissement en capital humain. Il faut noter qu'une pareille assertion ne repose pas nécessairement sur la conception voulant que le rapport d'un individu à sa langue maternelle (d'adoption, ou; Pool, voir Jonathan, «Language Planning and Identity Planning», International Journal of the Sociology of Language 20 [1979], 521) soit totalement exempt de calcul politique ou économique (pour un exposé classique de ce point de vue, Geertz, voir Clifford, «The Integrative Revolution», dans Clifford Geertz, dir., Interpretation of Cultures [New York: Basil, 1973], 255310). Au contraire, cette hypothèse est parfaitement compatible avec les travaux des politologues pour qui la langue d'un individu comprend a la fois un aspect utilitaire et un aspect proprement culturel (Laitin, voir David, Politics, Language and Thought: The Somali Experience [Chicago: University of Chicago Press, 1977]; Laitin, David, «The Tower of Babel as a Coordination Game: Political Linguistics in Ghana», American Political Science Review 88 [1994], 622634; et Laitin, David et Mensah, Edward, «Language Choice among Ghanaians», Language Problems and LanguagePlanning 15 [1991], 139161). Cette perspective est également compatible avec celle des économistes qui ont établi une distinction entre la langue en tant qu'attribut ethnique et en tant qu'investissement en capital humain (Vaillancourt, François, «The Economics of Language and Language Planning», Language Problems andLanguage Planningy7 [1983], 162178). Nous concluons done que le modèle multivarié employé dans cette étude permet de mesurer un effet distinct de la langue sur les choix constitutionnels (en tant que symbole ou bien collectif) dans la mesure où les aspects économiques de la question linguistique seront captés par les variables économiques du modèle.

31 Cette stabilité de court terme est cohérente avec la perspective théorique que nous avons retenue pour caracteriser les sentiments d'attachement (voir les notes 27 et 28). II convient de noter que la force du lien entre la variable attachement et l'appui à la souveraineté n'annihile pas la portée du calcul coûts-bénéfices dans les choix constitutionnels. Ainsi, si la probabilité d'appuyer la souveraineté est de seulement 23 pour cent chez un individu ayant le score moyen (0,23) en terme d'attachement au Québec et au Canada mais ayant des attentes économiques et linguistiques negatives advenant la souveraineté, cette même probabilité sera de l'ordre de 72 pour cent si ces attentes sont positives (voir le tableau 4).

32 La chose reste cependant possible, particulièrement si les souverainistes parviennent à miner la crédibilité de ces acteurs en soulignant qu'ils ont tout intérêt, d'un point de vue stratégique, à paraitre intraitables afin de préserver un statu quo qui leur serait profitable.

33 Dion, «The Quebec Challenge to Canadian Unity».

34 Les données d'un sondage Radio-Canada/La Presse effectué en août 1994 confirment ce fait. Parmi les électeurs francophones 64 pour cent y soulignaient que le Parti québécois était le plus apte à assurer la promotion du franços au Québec contre seulement 13 pour cent pour le Parti libéral du Qudbec.

35 Pour une étude pré1iminaire de cette question, Nadeau, voir Richard et Fleury, Christopher, «Cross-Pressured Nationalists and the Sovereignty Decision: Evidence from the Quebec Case», présenté au Congrès annuel de 1'American Political Science Association, New York, september 1994.

36 Pour mesurer les gains linguistiques anticipés avec la précision requise, par exemple, il faudrait demander aux individus d'évaluer la situation actuelle du français au Québec sur une échelle allant de 0 à 10 (0 signifiant que la situation actuelle du français est très mauvaise et 10 signifiant qu'elle est très bonne) et proposer aux mêmes répondants d'éaluer ce que serait la situation du français dans un Québec souverain sur la même échelle, la différence entre les deux scores permettant d'établir de façon beaucoup plus fine qu'on ne peut le faire actuellement le poids des considérations linguistiques dans les choix constitutionnels. Cette même pratique pourrait aussi être utilement étendue aux variables économiques.

37 Bollen, Kenneth A., Structured Equations with Latent Variables (New York: Wiley, 1989).

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed