Hostname: page-component-848d4c4894-v5vhk Total loading time: 0 Render date: 2024-06-23T00:41:00.114Z Has data issue: false hasContentIssue false

!Kung Bushman Bands

Published online by Cambridge University Press:  23 January 2012

Extract

In this paper I describe the band organization of the !Kung Bushmen. The !Kung word n//a besi was translated by the interpreters as ‘people who live together’. I use the word band for n//a besi, meaning by band, in this connexion, the grouping in !Kung social organization which is above the family grouping. It is a grouping precisely of the people who live together.

Résumé

LES BANDES DE BOSCHIMANS !KUNG

Un millier environ de Boschimans !Kung — un peuple nomadique vivant de la chasse et de la cueillette — habitent la région de Nyae Nyae, qui a une superficie de dix-mille milles Carrés. Ils sont répartis en trente-six communautés. Vingt-sept de ces communautés sont des bandes constituées uniquement de !Kung qui maintiennent l'ancienne organisation sociale !Kung. Neuf autres groupes habitent avec des Chwana ou des Herero et sont employés comme bouviers, etc. La plus petite bande comprend 8 personnes, la plus grande 57. Sept des bandes comptent moins de 20 personnes; vingt en ont davantage.

D'après la tradition !Kung, chaque bande vit dans son propre territoire. Pour être habitable, un territoire doit avoir une mare permanente, ou semi-permanente, et des régions où croissent des plantes alimentaires (veldkos). Chaque bande est le possesseur en effet de ses veldkos et de son eau, et les bandes n'empiètent pas sur les ressources des autres troupes.

Une bande !Kung possède son territoire par l'entremise de son chef (kxau, ‘possesseur’). La bande s'établit autour de lui. Le fils aîné hèrite de son père le rang de chef. Si ce fils s'en va habiter parmi une autre troupe il est déchu de ce rang qui incombe alors au fils suivant par ordre d'âge, ou à défaut d'un fils au fils d'une fille. Le chef hérite la propriété de la mare et des veldkos, non pas personnellement ou exclusivement, mais au nom de la bande. Il donne de la continuité à la propriété. Il a le devoir et la responsabilité d'organiser et de contrôler la consommation et il possède l'autorité de déclarer où, et quand, la bande se déplacera et, d'une façon générale, lesquels des veldkos ils cueilleront à un moment donné; les voyageurs et les visiteurs doivent lui demander l'autorisation de prendre de l'eau et des veldkos. Un chef n'a pas beaucoup d'autres fonctions et peu d'autorité formelle. Il peut être, ou ne pas être, a la tête de sa bande. Si le chef est trop jeune ou manque de force morale ou d'autres qualitées d'un dirigeant, la bande se tournera vers une autre personne qui est capable de la diriger. Chaque personne appartient à une bande en raison de ses rapports consanguins ou par alliance. A de rares exceptions près, les gens habitent ensemble dans la société !Kung sur la base d'être parents et enfants, siblings ou époux.

Les membres d'une bande ont le droit de cueillir les veldkos et de prendre de l'eau appartenant à la bande. La famille d'orientation et la famille de procréation du chef retiennent le droit leur vie durant, et le transmettent à leur progéniture. S'ils quittent la bande momentanément, ils peuvent y retourner et reprendre leur droit. Ainsi, par exemple, le sibling d'un chef décédé a le droit de continuer à vivre des ressources de la bande malgré que le rang de chef soit passé au fils de l'ancien chef. Sauf pour les époux, les membres qui entrent dans la bande par alliance n'ont pas les mêmes droits permanents. Mais les membres d'une bande, que leur lien avec le chef soit proche ou éloigné, consanguin ou par alliance, ont des droits égaux aussi longtemps qu'ils habitent dans la bande. Des occasions nombreuses de choisir parmi des parents, en ce qui concerne ceux avec lesquels ils vont habiter, permettent un certain accommodement dans l'importance des bandes en rapport avec la suffisance ou la pénurie relative des ressources. Des bandes nouvelles peuvent se créer et plus d'une bande peut habiter dans le même territoire.

La forme de la famille !Kung passe par quatre phases. Des familles nucléaires prennent naissance lorsqu'un couple se marie et l'époux fait son service avec les parents de son épouse en paiement pour sa femme. Ce service est rigoureusement exigé. Une première phase étendue se développe lorsque les filles de cette famille se marient et y introduisent des gendres. Après la naissance de trois enfants les gendres peuvent, s'ils le désirent et les circonstances le permettent, retourner à leurs propres bandes avec leurs femmes et leurs enfants; ainsi, dans un deuxiàme stade étendu on peut voir des fils mariés et des filles mariées se trouvant ensemble. Lorsque les vieux parents meurent les familles de leur progéniture dont les propres enfants sont encore célibataires se retrouvent dans une phase nucléaire.

Les familles nucléaires n'habitent pas seules. Une seule famille étendue peut être assez forte pour soutenir la vie de chasse et de cueillette, pour laquelle la camaraderie est tellement nécessaire, et peut d'elle-même constituer une bande. La majorité des bandes consistent de deux families ou davantage.

Les bandes ont une action réciproque sur d'autres bandes par suite de l'action réciproque de leurs membres individuels. Partout dans la région le mariage a eu lieu depuis longtemps entre les membres des différentes familles. Chacun applique un terme de parenté à tous les autres, soit qu'ils aient de véritables liens de parenté ou d'alliance ou parce qu'ils ont un système que nous appelons ‘ parenté par le nom ’, suivant lequel les termes de parenté sont appliqués à des personnes qui ont les mêmes noms que les parents ou les parents par alliance de soi-même.

Type
Research Article
Information
Africa , Volume 30 , Issue 4 , October 1960 , pp. 325 - 355
Copyright
Copyright © International African Institute 1960

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

page 325 note 1 The four clicks of the !Kung language are symbolized as follows: ! dental; ≠ alveolar; ! alveolar palatal; !! lateral.

page 325 note 2 This map is based on two maps made for us in the field: one by Charles Handley, Jr., Assistant Curator, Division of Mammals, The Smithsonian Institution; the other by John Marshall. We wish hereby to express our thanks to both.

page 325 note 3 Although the conditions described prevailed in general until recently, changes are now occurring at more rapid rate. Mr. Claude V. McIntyre has been appointed Bushman Affairs Commissioner in South West Africa. He will have residence in the Nyae Nyae region and will give the Bushmen guidance and help in meeting the changes.

page 329 note 1 Cf. Marshall, Lorna, ‘Marriage among !Kung Bushmen’, Africa, vol. xxix, no. 4, Oct. 1959, pp. 335–65.CrossRefGoogle Scholar

page 334 note 1 The numbers which follow the names have been attributed for purposes of identification and may be found in the chart of four bands in Fig. 3, pp. 332–3.

page 335 note 1 See Robert Story, D.Sc., Some Plants Used by the Bushmen in Obtaining Food and Water, Botanical Survey of South Africa, Memoir No. 30, Department of Agriculture, Division of Botany, Pretoria. In this publication Dr. Story makes the botanical identification and gives a description of 88 kinds of plants which have some edible part. These constitute most of the veldkos gathered by the Bushmen. Our own observations, made independently of Dr. Story, on the methods of gathering, seasonal aspects, relative importance in kind and quantity to the bands we studied, will be given in another paper.

page 335 note 2 Bauhinia esculenta Burch., Story, ibid., p. 25. We have heard tsi popularly called ‘eland beans ’ or ‘eland boontjies ’.

page 343 note 1 Cf. Marshall, , ‘Marriage among !Kung Bushmen’, Africa, vol. xxix, no. 4, Oct. 1959, p. 354.Google Scholar

page 348 note 1 Dorothea Bleek in A Bushman Dictionary, American Oriental Society, 1956, gives gaoxa in her northern group II (!Kung) as meaning chief and quotes Doke as saying ga:uxa means leader (p. 45). She gives xaiha in her southern group IV and central group II as meaning old man (p. 256). This word may have some relation to the !Kung word which I heard as n!iha.

page 349 note 1 Brownlee, Frank, ‘The Social Organization of the Kung (!Un) Bushmen of the North-Western Kalahari’, Africa, vol. xiv, no. 3, July 1943, pp. 124–5.CrossRefGoogle Scholar

page 351 note 1 Brownlee's informant (op. cit, p. 125) said: ‘It is the wisdom of the old men which causes us to do what they say we should do.’

page 354 note 1 Cf. Marshall, Lorna, ‘The Kin Terminology System of the !Kung Bushmen ’, Africa, vol. xxvii, no. 1, Jan. 1957, pp. 78Google Scholar (naming of children), pp. 13–15, 22–24 (name-relationship). Also Marriage among !Kung Bushmen ’, Africa, vol. xxix, no. 4, Oct. 1959, p. 343.Google Scholar