Hostname: page-component-848d4c4894-8bljj Total loading time: 0 Render date: 2024-06-23T13:21:31.383Z Has data issue: false hasContentIssue false

Emile Meyerson on Scientific Explanation

Published online by Cambridge University Press:  14 March 2022

Owen N. Hillman*
Affiliation:
Princeton University

Extract

In the works which constitute his distinguished contribution to philosophy, Emile Meyerson has advanced and defended the opinion that scientific explanation consists in transforming empirically discovered natural laws into statements of identity in time. This contention, which it is the purpose of the present paper to examine, is of great interest both on its own account and by reason of its intimate connection with Meyerson's central thesis that all thought consists essentially in similar processes of identification. Indeed so intimate is this connection that our present inquiry although it deals explicitly only with the nature of scientific explanation nevertheless constitutes by implication an examination of the more general thesis also, for if scientific explanation is not a process of identification then obviously not all thought is identificatory.

Type
Research Article
Copyright
Copyright © Philosophy of Science Association 1938

Access options

Get access to the full version of this content by using one of the access options below. (Log in options will check for institutional or personal access. Content may require purchase if you do not have access.)

References

Notes

1 Identité et Réalité, 4th ed., Felix Alcan, Paris 1932.

De l'Explication dans les Sciences, led imp., Payot, Paris 1927.

La Déduction Relativiste, Payot, Paris 1925.

Du Cheminement de la Pensée, Felix Alcan, Paris 1931.

These works are hereafter referred to by the letters I.R., E.S., D.R., and C.P.

2 “En recherchant l'explication d'un phénomène, ce que le physicien poursuit en réalité, c'est la démonstation que l'état conséquent ne diffère point du présédent, mais peut au contraire ětre considéré comme lui ětant identique”. C.P. p. 49.

3 “mais la science n'est pas qu'explicative, elle est encore légal.“ E.S. p. 669. See also I.R. p. xviii, E.S. p. 48, E.S. p. 60, and I.R. p. 438.

4 For Meyerson's arguments that science is both causal and “legal” see I.R. Chap. I and E.S. Chaps. I and II.

5 I.R. p. 9.

6 I.R. p. 35.

7 I.R. p. 36 and E.S. pps. 45-48.

8 E.S. p. 48.

9 “Ainsi la raison d'un phénomène doit avoir une nature telle qu'elle suffise à déterminer ce phénomène dans notre raison.” E.S. p. 66.

10 “Ainsi ce que nous cherchons, quand nous parlons de comprendre un phénomène, c'est à le concevoir comme nécessaire, à “faire voir qu'il dépend nécessairement de jugements nécessaires”, comme le dit excellemment M. Lalande à propos précisément du terme expliquer“ E.S. p. 68.

11 E.S. pps. 65-68, E.S. p. 182, and I.R. pps. 17-18.

12 “Comme nous ne pouvons observer que dans le temps, successivement, la loi empirique revient en réalité à une loi de succession des phénomènes.” I.R. p. 2.

13 “Ainsi ce que nous cherchons, quand nous parlons de comprendre un phénomène, c'est le concevoir comme nécessaire.” E.S. p. 68.

14 “Nous, avons vu, en effet, que la physique entend rattacher l'antécédent et le conséquent par un lien rationnel, en démontrant que le conséquent est le conséquence nécessaire de l'antécédent. Or, Leibniz nous l'a dit, les vérités nécessaires doivent pouvoir se réduire à des vérités identiques. C'est donc que nous devrons pouvoir démontrer que le conséquent est identique à l'antécédent—sauf bien entendu certaines particularités qui l'en distingueront, mais que déclarerons … négligeables. En d'autres termes, il doit y avoir, si un phénomène doit paraître expliqué, rationnel, égalité entre la cause et l'effet.” E.S. p. 157.

15 “Qulle, peut ětre la raison déterminante de l'ětre conditionné par le temps? Il n'y en a qu'une seule possible: c'est la préexistence. Les choses sont ainsi parce qu'elle étaient déjà ainsi antérieurement.” I.R. p. 38.

16 “Ainsi tout raisonnement—du moins en tant qu'il essaie de pénétrer dans la nature—constitue nécessairement une rationalisation de celle-ci, en ce sens qu'il tend à montrer que, par un côté, sa marche est conforme à celle de notre raison.” C.P. p. 52.

17 “La science, obéissant à la tendance explicative qui est le propre de l'esprit humain, a bien l'air de vouloir tout réduire au rationnel. Mais, d'autre part, infiniment soucieuse de garder le contact avec la nature, elle reconnaît les limites que celle-ci impose à ses efforts.” E.S. p. 187.

18 “Le but que vise toute explication, c'est, dans le sens le plus général, de nous faire comprendre le monde, que nous n'apercevons tout d'abord que comme une vérité de fait, vérité accidentelle par conséquent, comme quelque chose de nécessaire, comme une vérité de raison.” E.S. p. 182. See also E.S. p. 68.

19 E.S. p. 137.

20 “Mais, de ce principe, (i.e. the principle of identity) nous ne pouvons tirer par déduction aucune proposition précise: … I.R. p. 463.

21 “Aucun phénomène, měme le plus insignificant, n'est complètement explicable.” I.R. p. 459.

22 E.S. pps. 157-159.

23 “En recherchant l'explication d'un phénomène, ce que le physicien poursuit en réalité, c'est la démonstration que l'etat conséquent ne diffère point du précédent, mais peut au contraire ětre considéré comme lui étant identique.” C.P. p. 49.

24 E.S. pps. 45-46.

25 “Toute proposition causal, explicative, c'est-à-dire visant la réduction à l'identité, trouve notre entendement merveilleusement prět à l'accueillir. … “ I.R. p. 464.

26 For Meyerson's account of the plausible see:

I.R. pps. 161-162 and p. 464.

E.S. p. 568.

C.P. pps. 618 et seq.

27 I.R. p. 161-161 and C.P. p. 618.

28 “Toute proposition stipulant identité dans le temps nous paraît a priori revětue d'un haut degré de probabilité” I.R. p. 162.

29 “Aucun phénomène, měme ce plus insignifiant, n'est complètement explicable.” I.R. p. 459.