Skip to main content
×
Home

L'archéologie de la construction: Une nouvelle approche de l'architecture romaine*

  • Hélène Dessales (a1)
Résumé
Résumé

Nouvelle orientation disciplinaire, l'archéologie de la construction se définit comme l’étude de toutes les traces matérielles qui informent sur la conception, la construction et la gestion d'un édifice. Elle permet d’élargir l'approche de l'architecture romaine, jusqu'alors envisagée principalement du point de vue des typologies monumentales et décoratives. L'objectif de cette contribution est d'en caractériser les différentes spécificités et les apports. Si l'archéologie de la construction entretient des liens méthodologiques évidents avec l'archéologie du bâti, notamment par la stratigraphie verticale des élévations, elle s'en distingue par son échelle d’étude, celle du chantier de construction, dont elle entend restituer le contexte de production et toute la dynamique. Sept composantes sont considérées, éclairées par des recherches archéologiques récentes : le projet initial de l’édifice, la préparation du site, la mise en place des infrastructures, la production des matériaux, leur transformation, leur mise en œuvre dans la construction, les opérations de finition et de décoration. Les données recueillies permettent d'associer l'archéologie des techniques et l'histoire socio-économique, en considérant le chantier de construction comme un système de production et d’échange, dans toutes ses interactions avec la société romaine.

Abstract

Representing a new disciplinary orientation, the archaeology of construction is defined as the study of all material traces furnishing information about the design, the construction, and the management of a building. It thus offers a way of broadening our approach to Roman architecture, until now considered mainly from the point of view of monumental and decorative typologies. This article aims to set out its various specificities and potential contributions. While the archaeology of construction has clear methodological links with the archaeology of standing structures, notably through the vertical stratigraphy of elevations, it is distinguished by its scale of study, which covers the entirety of the building site and seeks to restitute its context of production and its dynamics. Seven elements are considered, illustrated by recent archaeological research: the initial project of the building, the preparation of the site, the setting up of infrastructures, the production of materials, their transformation, their implementation in the construction, and finally the finishing and decorative operations. The data collected make it possible to combine an archaeology of techniques with socio-economic history, considering the building process in all its interactions with Roman society as a system of production and trade.

Copyright
Footnotes
Hide All
*

Mes remerciements vont à Étienne Anheim, Sophie Binninger, Stéphane Bourdin, Xavier Lafon et Rita Volpe.

Footnotes
References
Hide All

1 Arlaud Catherine et Burnouf Joëlle, «L'archéologie du bâti médiéval urbain», Les nouvelles de l'archéologie, 5354, 1993, p. 569 .

2 Voir, par exemple, Victorine Mataouchek et al., «Archéologie du bâti. Une démarche scientifique à part entière en butte à des enjeux antagonistes», Archéopages, 24, 2009, http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/7/7020/7020_fichier_pratiques-24.pdf.

3 Binninger Sophie, «La construction du trophée d'Auguste à La Turbie. L’étude de l'organisation et des rythmes du chantier», in Camporeale S., Dessales H. et Pizzo A. (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 1, Los procesos constructivos en el mundo romano. Italia y provincias occidentales, Madrid/Mérida, Csic/Instituto de arqueología de Mérida, 2008, p. 89106 .

4 l'Ancien Pline, Histoire naturelle, III, 136-138, éd. et trad. par Zehnacker H., Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 7980 .

5 C. Arlaud et J. Burnouf, «L'archéologie du bâti médiéval urbain», art. cit.

6 Esquieu Yves, «L'archéologie du bâti en France», Archeologia dell'architettura, 23, 1997, p. 133140, ici p. 133.

7 Parron-Kontis Isabelle, «Unités de construction et objets archéologiques», in Parron-Kontis I. et Reveyron N. (dir.), Archéologie du bâti. Pour une harmonisation des méthodes, Paris, Errance, 2005, p. 1318 .

8 Pour un bilan, voir Nicolas Reveyron, «L'apport de l'archéologie du bâti dans la monographie d'architecture», In situ, 2, 2002, http://insiturevues.org/1200.

9 Pour une synthèse sur la mensiocronologia (analyse modulaire donnant lieu à une typochronologie) et son application dans l’étude de l'architecture médiévale italienne, Brogiolo voir Gian Pietro et Cagnana Aurora (dir.), Archeologia dell'architettura. Metodi e interpretazioni, Florence, All'Insegna del Giglio, 2012, p. 6063 . Pour un exemple de l'Antiquité, à Ostie et à Rome, Bukowiecki voir Évelyne, Dessales Hélène et Dubouloz Julien, Ostie, l'eau dans la ville. Châteaux d'eau et réseau d'adduction, Rome, École française de Rome, 2008, p. 21, 30-32 et 197-198.

10 G. P. Brogiolo et A. Cagnana (dir.), Archeologia dell'architettura. . ., op. cit.

11 N. Reveyron, «L'apport de l'archéologie du bâti. . .», art. cit. ; Bernardi Philippe, «Sources écrites et archéologie», Archeologia dell'architettura, 2, 1997, p. 141145 . Pour un exemple, Bernardi voir Philippe et Hartmann-Virnich Andreas, «Fourniture et mise en œuvre de la pierre au Palais des Papes d'Avignon. Le quotidien d'un chantier», in Bernardi P., Hartmann-Virnich A. et Vingtain D. (dir.), Texte et archéologie monumentale. Approches de l'architecture médiévale, Montagnac, M. Mergoil, 2005, p. 105136 .

12 I. Parron-Kontis et N. Reveyron (dir.), Archéologie du bâti. . ., op. cit.

13 V. Mataouchek et al., «Archéologie du bâti. . .», art. cit.

14 É. Bukowiecki, H. Dessales et J. Dubouloz, Ostie, l'eau dans la ville. . ., op. cit., p. 21.

15 Quatre volumes sont déjà disponibles dans la collection «Anejos de archivo español de arqueología» (Madrid/Mérida, Csic/Instituto de arqueología de Mérida) : S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 1, op. cit. ; Id., vol. 2, Los procesos constructivos en el mundo romano. Italia y provincias orientales, 2010 ; Id., vol. 3, Los procesos constructivos en el mundo romano. La economía de las obras, 2012 ; Jacopo Bonetto, Stefano Camporeale et Antonio Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 4, Las canteras en el mundo antiguo. Sistemas de explotación y procesos productivos, 2014 ; Stefano Camporeale, Janet DeLaine et Antonio Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 5, Man-Made Materials, Engineering, and Infrastructure, 2017.

16 Sur les unités de travail, Mannoni voir Tiziano et Boato Anna, «Archeologia e storia del cantiere di costruzione», Arqueología de la arquitectura, 1, 2002, p. 3953 , en particulier p. 45 ; Pizzo Antonio, «La arqueología de la construcción. Un laboratorio para el análisis de la arquitectura de época romana», Arqueología de la arquitectura, 6, 2009, p. 3145, en particulier p. 35.

17 É. Bukowiecki, H. Dessales et J. Dubouloz, Ostie, l'eau dans la ville. . ., op. cit., p. 98.

18 Sur l'application du concept de chaîne opératoire à l’étude de la construction, voir S. Binninger, «La construction du trophée d'Auguste à La Turbie. . .», art. cit., p. 89-90.

19 Giuliani Cairoli Fulvio, «Cantiere e conoscenza», Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Römische Abteilung, 109, 2006, p. 427429 .

20 T. Mannoni et A. Boato, «Archeologia e storia del cantiere di costruzione», art. cit.

21 Bernardi Philippe, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), Aix-en-Provence, Publications de l'université de Provence, 1995 .

22 Évelyne Bukowiecki, «Le stockage des briques à Rome», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 161-180.

23 Favro Diane, «Construction Traffic in Imperial Rome: Building the Arch of Septimius Severus», in Laurence R. et Newsome D. J. (dir.), Rome, Ostia, Pompeii: Movement and Space, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 332360 .

24 Janet DeLaine, «Conclusions», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 324-325. Pour deux autres bilans, voir A. Pizzo, «La arqueología de la construcción. . .», art. cit. ; Camporeale Stefano, «Archeologia dei cantieri di età romana», Archeologia dell'architettura, 15, 2010, p. 171179 .

25 Hellström Pontus et Thieme Thomas (dir.), Le dessin d'architecture dans les sociétés antiques, Strasbourg, Aecr, 1985 .

26 Frommel Sabine (dir.), Les maquettes d'architecture. Fonction et évolution d'un instrument de conception et de réalisation, Paris/Rome, Picard/Campisano, 2015, p. 1536 .

27 Inglese Carlo et Pizzo Antonio, I tracciati di cantiere di epoca romana. Progetti, esecuzioni e montaggi, Rome, Gangemi, 2014 .

28 Goudineau Christian, Les fouilles de la maison au dauphin. Recherches sur la romanisation de Vaison-la-Romaine, Paris, Éd. du Cnrs, 1979, p. 171180  ; Mathieu Véronique, «Approche métrologique du quartier central de la station routière d'Ambrussum (Villetelle, Hérault)», in Favory F. (dir.), Métrologie agraire antique et médiévale, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2003, p. 83104  ; Camporeale Stefano, «Le unità di misura nella progettazione architettonica della Mauretania Tingitana», in Saliou C. (dir.), La mesure et ses usages dans l'Antiquité. La documentation archéologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2015, p. 79100 .

29 Oleson John Peter, « Harena sine calce: Building Disasters, Incompetent Architects, and Construction Fraud in Ancient Rome», in Ringbom Å. et Hohlfelder R. L. (dir.), Building Roma Æterna: Current Research on Roman Mortar and Concrete, Helsinki, Suomen Tiedeseura, 2011, p. 927  ; Dessales Hélène, «L'architecture prise en défaut. Les malfaçons dans les bâtiments romains», in Bourdin S., Dubouloz J. et Rosso E. (dir.), Peupler et habiter l'Italie et le monde romain. Études d'histoire et d'archéologie offertes à Xavier Lafon, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2014, p. 157162 .

30 Rigal Didier, «Avatars et réaménagements de l'aqueduc antique de Cahors», in Abadie-Reynal C., Provost S. et Vipard P. (dir.), Les réseaux d'eau courante dans l'Antiquité. Réparations, modifications, réutilisations, abandon, récupération, Rennes, Pur, 2011, p. 4762 .

31 Dans le contexte de l'architecture impériale, voir aussi le cas exemplaire de la basilique de Maxence à Rome, dans Giavarini Carlo (dir.), The Basilica of Maxentius: The Monument, Its Materials, Construction, and Stability, Rome, «L'Erma» di Bretschneider, 2005, p. 5060 .

32 Laurent Guyard, Sandrine Bertaudière et Sébastien Cormier, «Construction, démolition, récupération. Réflexions autour du travail de la pierre sur le grand sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux (Eure, France)», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 225-242. Voir également une intéressante étude du «permis de démolir» Dumasy dans Françoise, Le théâtre d'Argentomagus, Saint-Marcel (Indre), Paris, Éd. de la Msh, 2000, p. 149158 .

33 Pour une réflexion plus large sur le phénomène du remploi et de la récupération, Bernard voir Jean-François, Bernardi Philippe et Esposito Daniela (dir.), Il reimpiego in architettura. Recupero, trasformazione, uso, Rome, École française de Rome, 2009 .

34 Laurence Brissaud, «La construction des thermes publics des Lutteurs. Regards croisés sur un chantier urbain antique et son impact sur la ville (Saint-Romain-en-Gal, France)», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 1, op. cit., p. 107-124.

35 J. Bonetto, S. Camporeale et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 4, op. cit.

36 Varène Pierre, Sur la taille de la pierre antique, médiévale et moderne, Dijon, Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 1974  ; Bessac Jean-Claude, L'outillage traditionnel du tailleur de pierre. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Éd. du Cnrs, 1986 .

37 Jean-Claude Bessac, «Anthropologie de la construction. De la trace d'outil au chantier», in I. Parron-Kontis et N. Reveyron (dir.), Archéologie du bâti. . ., op. cit., p. 53-61.

38 Sur le cas de la terre, Chazelles-Gazzal voir Claire-Anne de, Les maisons en terre de la Gaule méridionale, Montagnac, M. Mergoil, 1997 .

39 Coutelas Arnaud (dir.), Le mortier de chaux, Paris, Errance, 2009 .

40 Votruba Gregory F., «Imported Building Materials of Sebastos Harbour, Israel», The International Journal of Nautical Archaeology, 36-2, 2007, p. 325335 .

41 Pierre Excoffon, «L'emploi de tuf volcanique et de la pouzzolane dans quelques constructions de Forum Iulii (Fréjus, Var). Éléments de réflexion sur l'utilisation et la diffusion de la pouzzolane en Méditerrannée occidentale», Revue du Centre archéologique du Var, 2011, p. 171-181.

42 Amici Carla Maria, Architettura romana. Dal cantiere all'architetto, soluzioni concrete per idee progettuali, Rome, «L'Erma» di Bretschneider, 2016 .

43 Lancaster Lynne C., Concrete Vaulted Construction in Imperial Rome: Innovations in Context, Cambridge, Cambridge University Press, 2005 .

44 Évelyne Bukowiecki, «La taille des briques de parement dans l’opus testaceum à Rome», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 2, op. cit., p. 143-152.

45 Brouquier-Reddé Véronique et Gruel Katherine (dir.), «Le sanctuaire de Mars Mullo chez les Aulerques Cénomans (Allonnes, Sarthe), v e siècle av. J.-C.-iv e siècle apr. J.-C. État des recherches actuelles», Gallia, 61-1, 2004, p. 291396  ; Christophe Loiseau, «Les métaux dans les constructions publiques romaines. Applications architecturales et structures de production (i er-iii e siècle apr. J.-C.)», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 117-130 ; C. M. Amici, Architettura romana. . ., op. cit., p. 15-36 et 53-102.

46 Pour un exemple, voir C. Giavarini (dir.), The Basilica of Maxentius. . ., op. cit., p. 75-91 et 161-225.

47 Anne Baud et al., L’échafaudage dans le chantier médiéval, Lyon, Service régional de l'archéologie, 1996. Pour un exemple antique, voir Jean-Pascal Fourdrin, «L'utilisation des échafaudages dans le chantier de construction de l'enceinte antique de Bayonne», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 203-224.

48 J.-C. Bessac, L'outillage traditionnel du tailleur de pierre. . ., op. cit.

49 Voir l'analyse du chantier de construction du théâtre de Marcellus à Rome par Paola Ciancio Rossetto et Marialetizia Buonfiglio, «Teatro di Marcello. Analisi e riflessione sugli aspetti progettuali e costruttivi», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 51-70.

50 Évelyne Bukowiecki et Hélène Dessales, «Les thermes publics d'Itálica. Regards croisés sur deux chantiers de construction», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 1, op. cit., p. 191-207 et 200-201, fig. 9 ; Redha Attaoui, «Segni di cantiere nella ‘Palestra’ di Villa Adriana, Tivoli», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 1, op. cit., p. 49-66.

51 Tucci Pier Luigi, «Red-Painted Stones in Roman Architecture», American Journal of Archaeology, 115-4, 2011, p. 589610 .

52 Pour une synthèse sur les soixante-six exemples développés dans les trois premiers volumes de Arqueología de la construcción, voir S. Camporeale, «Archeologia dei cantieri di età romana», art. cit.

53 Sur l'exemple de la diffusion de la brique et d’autres terres cuites architecturales dans le monde romain, Bukowiecki voir Évelyne, Volpe Rita et Wulf-Rheidt Ulrike (dir.), Il laterizio nei cantieri imperiali. Roma e il Mediterraneo, Florence, All'Insegna del Giglio, 2016 .

54 Pour un bilan historiographique, Andreau voir Jean, L’économie du monde romain, Paris, Ellipses, 2010, p. 1349 .

55 Pour une réflexion sur l'artisanat de la construction, Dessales voir Hélène, «Les savoir-faire des maçons romains, entre connaissance technique et disponibilité des matériaux. La connaissance des roches et son application par les structores. Le cas pompéien», in Monteix N. et Tran N. (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l'Empire romain, Naples, Centre Jean Bérard, 2011, p. 4163 .

56 Voir l'article fondateur Huerta de Santiago, «Historia de la construcción : la fundación de una disciplina», in Huerta S. et al. (dir.), Actas del Sexto Congreso nacional de historia de la construcción, Madrid, Instituto Juan de Herrera, vol. 1, p. xiii-xix . Pour son lien avec les cultural studies, Picon voir Antoine, «Construction History: Between Technological and Cultural History», Construction History, 21-6, 2005, p. 519 . Pour un bilan historiographique sur les divergences d'approche, Lambert voir Guy et Nègre Valérie, «L'histoire des techniques. Une perspective pour la recherche architecturale?», Les cahiers de la recherche architecturale, 26-27, 2012, p. 7685 .

57 Nègre Valérie, «Pour une histoire technologique de l'architecture», in Carvais R. et al. (dir.), Édifice et artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 1722 .

58 Robert Carvais, «Plaidoyer pour une histoire humaine et sociale de la construction», in R. Carvais et al. (dir.), Édifice et artifice. . ., op. cit., p. 31-43.

59 Szambien Werner, Symétrie, goût, caractère. Théorie et terminologie de l'architecture à l’âge classique, 1550-1800, Paris, Picard, 1986, p. 158164 .

60 Choisy Auguste, L'art de bâtir chez les Romains, Paris, Ducher, 1873 .

61 Ibid., p. 165.

62 Ibid., p. 1.

63 Ibid., p. 6 et 20.

64 Carvais Robert, «Auguste Choisy : pour un usage des sciences sociales au service de l'histoire de la construction», in Girón J. et Huerta S. (dir.), Auguste Choisy (1841-1909). L'architecture et l'art de bâtir, Madrid, Instituto Juan de Herrera/Escuela técnica superior de arquitectura, 2009, p. 121150 , http://www.augustechoisy2009.net/es/ponencias.php?id_nav=11.

65 DeLaine Janet, no hors série «The Baths of Caracalla: A Study in the Design, Construction, and Economics of Large-Scale Building Projects in Imperial Rome», Journal of Roman Archaeology, 25, 1997  ; Id., «Bricks and Mortar: Exploring the Economics of Building Techniques at Rome and Ostia», in Mattingly D. J. et Salmon J. (dir.), Economies beyond Agriculture in the Classical World, Londres, Routledge, 2000, p. 230268  ; Wilson Andrew, «The Economic Impact of Technological Advances in the Roman Construction Industry», in Lo Cascio E. (dir.), Innovazione tecnica e progresso economico nel mondo romano. Atti degli Incontri capresi di storia dell'economia antica, Bari, Edipublia, 2006, p. 225236 .

66 Pegoretti Giovanni, Manuale pratico per l'estimazione dei lavori architettonici, stradali, idraulici e di fortificazione per uso degli ingegneri ed architetti, Milan, A. Monti, 1843 . Pour une discussion des données de G. Pegoretti, comparées à d'autres sources, voir le cas des colonnes et chapiteaux traités par Simon Barker et Ben Russell, «Labour Figures for Roman Stone-Working: Pitfalls and Potential», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 83-94.

67 J. DeLaine, «The Baths of Caracalla. . .», op. cit., p. 207-224.

68 Jouffroy Hélène, La construction publique en Italie et dans l'Afrique romaine, Strasbourg, Aecr, 1986 .

69 Giacchero Marta (éd.), Edictum Diocletiani et collegarum de pretiis rerum venalium in integrum fere restitutum e Latiniis Graecisque fragmentis, Gênes, Pubblicazioni dell'Istituto di storia antica e scienze ausiliarie dell'Università di Genova, 1974 .

70 Volpe Rita, «Le giornate di lavoro nelle iscrizioni dipinte delle terme di Traiano», in Caldelli M. L., Gregori G. L. et Orlandi S. (dir.), Epigrafia 2006. Atti della xiv e Rencontre sur l’épigraphie in onore di Silvio Panciera con altri contributi di colleghi, allievi e collaboratori, vol. 1, Rome, Quasar, 2008, p. 453466  ; Rita Volpe et Federica Michela Rossi, «Nuovi dati sull'esedra sud-ovest delle terme di Traiano sul Colle Oppio. Percorsi, iscrizioni dipinte e tempi di costruzione», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 69-82.

71 É. Bukowiecki, «La taille des briques de parement. . .», art. cit., p. 150 (évaluation faite sur des briques entières de type sesquipedales).

72 J. DeLaine, «Bricks and Mortar. . .», art. cit., p. 234.

73 Pierre Gros, «Conclusions», in S. Camporeale, H. Dessales et A. Pizzo (dir.), Arqueología de la construcción, vol. 3, op. cit., p. 257-265, ici p. 250.

* Mes remerciements vont à Étienne Anheim, Sophie Binninger, Stéphane Bourdin, Xavier Lafon et Rita Volpe.

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Annales. Histoire, Sciences Sociales
  • ISSN: 0395-2649
  • EISSN: 1953-8146
  • URL: /core/journals/annales-histoire-sciences-sociales
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 23
Total number of PDF views: 29 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 93 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between 23rd August 2017 - 15th December 2017. This data will be updated every 24 hours.