Skip to main content
×
Home

Le keynésianisme international se débat: Sens de l'acceptable et tournant néolibéral à l'Ocde

  • Vincent Gayon (a1)
Résumé
Résumé

Publié en 1977 par l'Ocde dans une situation de stagflation généralisée, le rapport McCracken est devenu emblématique du «tournant néolibéral» de la coopération économique internationale. Cette enquête ébranle le pacte de lecture téléologique en revenant au sens de l'acceptable des acteurs mobilisés dans son écriture et à l'incertitude structurelle dans laquelle ils étaient plongés pour anticiper le devenir économique et politique. Plutôt qu'une victoire sans conteste du néolibéralisme, la sociogénétique de cet écrit bureaucratique redécouvre les stratégies d'adaptation du «keynésianisme international» hérité de Bretton Woods et les structures de plausibilité de cet espace situé à la confluence de champs politiques, bureaucratiques et universitaires. La dynamique de production s'analyse comme une logique de situation à travers laquelle le secrétariat de l'Ocde se voit exposé à des logiques et à des ressources externes polymorphes qui s'entrechoquent et se jaugent. La forme du rapport rend possible la confrontation de capitaux informationnels, bureaucratiques et politiques ; elle en objective, en quelque sorte, la valeur différentielle ou le taux de change pour les participants. Les anticipations socialement structurées de ce qui est jouable, coûteux ou risqué sont pistées dans la composition collective autour de quatre temps forts : la commande, le cadrage, la constitution du groupe et la cristallisation du rapport. L'article propose ainsi une autre manière d'enquêter sur les «tournants».

Abstract

Published in 1977 by the OECD in a context of widespread stagflation, the McCracken report has become emblematic of the “neoliberal turn” in international economic cooperation. This study undermines this shared teleological interpretation by revisiting the sense of what was acceptable among the actors mobilized in its writing and the structural uncertainty into which they were plunged by their attempt to anticipate the economic and political future. Rather than an uncontested victory of neoliberalism, the sociogenetics of this bureaucratic text uncover the coping strategies of the “international Keynesianism” inherited from Bretton Woods and the plausibility structures of this space situated at the confluence of the political, bureaucratic, and academic domains. The dynamic of production is analyzed as a situational logic through which the secretariat of the OECD was exposed to polymorphic external rationales and resources that collided with and gauged one another. The form of the report makes it possible to confront informational, bureaucratic, and political capitals, effectively rendering tangible their differential value or exchange rate for the participants. The socially structured expectations of the feasible, the expensive, and the risky are traced throughout the collective process of composition based on four key moments: the commission, the establishment of a framework, the constitution of the group, and the crystallization of the report. The article thus proposes another way of investigating the nature of “turns.”

Copyright
References
Hide All

1 McCracken Paul et al., Pour le plein emploi et la stabilité des prix. Rapport établi à l'intention de l'Ocde par un groupe d'experts indépendants, Paris, Ocde, [1977] 1977, p. 4 .

2 Cette période est marquée, par opposition aux décennies d'après-guerre, par des niveaux d'inflation bas et un taux de chômage élevé. Voir Stock James H. et Watson Mark W., «Has the Business Cycle Changed and Why?», National Bureau of Economic Research Macroeconomics Annual 2002, no 9127, 17, 2003, p. 159-230 .

3 Williamson John (dir.), «What Washington Means by Policy Reform», in Williamson J. (dir.), Latin American Adjustment: How Much Has Happened?, Washington, Institute for International Economics, 1990, p. 5-20 .

4 Keohane Robert O., «Economics, Inflation, and the Role of the State: Political Implications of the McCracken Report», World Politics, 31-1, 1978, p. 108-128, ici p. 119 et 122.

5 McNamara Kathleen R., The Currency of Ideas: Monetary Politics in the European Union, Ithaca, Cornell University Press, 1998, p. 147 ; Gilpin Robert, Global Political Economy: Understanding the International Economic Order, Princeton, Princeton University Press, 2001, p. 71-72  ; Mahon Rianne et McBride Stephen (dir.), The Oecd and Transnational Governance, Vancouver, University of British Columbia Press, 2008, en particulier Mahon Rianne et McBride Stephen, «Introduction», p. 3-22, ici p. 15-16, Robert Wolfe, «From Reconstructing Europe to Constructing Globalization: The Oecd in Historical Perspective», p. 25-42, ici p. 35, et Tony Porter et Michael Webb, «Role of the Oecd in the Orchestration of Global Knowledge Networks», p. 43-59, ici p. 50 ; Woodward Richard, The Organisation for Economic Co-operation and Development, New York, Routledge, 2009, p. 28  ; Mahon Rianne et McBride Stephen, «Standardizing and Disseminating Knowledge: The Role of the Oecd in Global Governance», European Political Science Review, 1-1, 2009, p. 83-101 , ici p. 94-95 ; Ougaard Morten, «The Oecd’s Global Role: Agenda-Setting and Policy Diffusion», in Martens K. et Jakobi A. P. (dir.), Mechanisms of Oecd Governance: International Incentives for National Policy-Making?, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 26-49 , ici p. 32-33 ; Carroll Peter et Kellow Aynsley, The Oecd: A Study of Organisational Adaptation, Cheltenham, E. Elgar, 2011, p. 69 . Cette lecture a été officiellement endossée par le Conseil de l'Ocde : Final N aec Synthesis: New Approaches to Economic Challenges, Paris, Ocde, 2015, p. 54.

6 Pinder John, Hosomi Takashi et Diebold William, Industrial Policy and the International Economy: Report of the Trilateral Task Force on Industrial Policy to the Trilateral Commission, New York, Trilateral Commission, 1979 . Cette association privée, qui réunit environ 300 membres venant des mondes économiques, politiques et universitaires états-uniens, européens et japonais, a été cofondée en 1973 par David Rockefeller, également président de la Chase Manhattan Bank. L'héritier Rockefeller est aussi l'un des cofondateurs, en 1954, du groupe Bilderberg qui ne publie aucun document, à la différence de la Commission trilatérale.

7 Gill Stephen, American Hegemony and the Trilateral Commission, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 99-100 . Tous les extraits d'archives ou de textes en anglais ont été traduits par l'auteur de cet article.

8 Schmelzer Matthias, The Hegemony of Growth: The Oecd and the Making of the Economic Growth Paradigm, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 322-324 .

9 Leimgruber Matthieu, «The Embattled Standard-Bearer of Social Insurance and Its Challenger: The Ilo, the Oecd and the ‘Crisis of the Welfare State’, 1975-1985», in Kott S. et Droux J. (dir.), Globalizing Social Rights: The International Labour Organization and beyond, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013, p. 293-309, ici p. 300.

10 Lucas Robert E. Jr., «McCracken Paul et al., «Towards Full Employment and Price Stability: A Report to the Oecd by a Group of Independent Experts Oecd», June 1977: A Review», Carnegie-Rochester Conference Series on Public Policy, 11, 1979, p. 161-168 .

11 Fratianni Michele et Pattison John C., «The Economics of the Oecd », Carnegie-Rochester Conference Series on Public Policy, 4, 1976, p. 75-140  ; Borner Silvio, «Who Has the Right Policy Perspective, the Oecd or Its Monetarist Critics?», Kyklos, 32-1/2, 1979, p. 285-306 .

12 Entretien avec François Chesnais, 27 févr. 2009 ; Pisani-Ferry Jean, Plein emploi. Rapport du Conseil d'analyse économique, Paris, La Documentation française, 2000, p. 44 .

13 Maier Charles S., «Inflation and Stagnation as Politics and History», in Lindberg L. N. et Maier C. S. (dir.), The Politics of Inflation and Economic Stagnation: Theoretical Approaches and International Case Studies, Washington, Brookings Institution, 1985, p. 3-24  ; Endres Anthony et Fleming Grant A., «The Shaping of Research Agendas in International Economic Organizations: Illustrations from the World Bank, Imf and Oecd », Economics Working Papers, 233, 2002, p. 25-30 .

14 Marcussen Martin, Ideas and Elites: The Social Construction of Economic and Monetary Union, Aalborg, Aalborg University Press, 2000, p. 37-40  ; Samuel Beroud, «‘Positive Adjustments’: The Emergence of Supply-Side Economics in the Oecd and G7, 1970-1983», colloque «Warden of the West: The Oecd and the Global Political Economy», Université de Zurich, 2015.

15 Sur la structuration de la réception du rapport, voir Gayon Vincent, «Lieux neutres en lutte. Consolidation inter-champs et organisation multisectorielle internationale», Cultures et conflits, 107, 2017 , à paraître.

16 Dès lors que l'Ocde ne dispose d'aucune capacité financière, à la différence par exemple des organisations de Bretton Woods, de tels rapports constituent l'un des cœurs de métier de l'organisation. Quoique estampillés «Ocde», ils n'ont pas tous le même statut, entre les publications périodiques du secrétariat comme les Perspectives économiques et les études par pays, les working papers d’économistes de l'institution ou de consultants extérieurs, ou encore les rapports dits de «haut niveau». Le rapport McCracken appartient à cette dernière catégorie.

17 Clifton Judith et Diaz-Fuentes Daniel, «The Oecd and Phases in the International Political Economy, 1961-2011», Review of International Political Economy, 18-5, 2011, p. 552-569, ici p. 563.

18 Cité in Panitch Leo et Gindin Sam, The Making of Global Capitalism: The Political Economy of American Empire, Londres, Verso, 2012, p. 165 .

19 Sullivan Scott, De la guerre à la prospérité. 50 ans d'innovation, Paris, Ocde, 1997, p. 55 .

20 Hall Peter A., «Policy Paradigms, Social Learning, and the State: The Case of Economic Policymaking in Britain», Comparative Politics, 25-3, 1993, p. 275-296 .

21 Cox Robert W., Production, Power, and World Order: Social Forces in the Making of History, New York, Columbia University Press, 1987, p. 282-283 . Pour une thèse proche excluant la dimension internationale, voir Gourevitch Peter, Politics in Hard Times: Comparative Responses to International Economic Crises, Ithaca, Cornell University Press, 1986, p. 181 sq. Sur le cas états-unien, voir Cowie Jefferson, Stayin’ Alive: The 1970s and the Last Days of the Working Class, New York, New Press, 2010 .

22 Cet aspect n'a pas été questionné par la sociologie des organisations internationales amorcée par Robert Cox alors qu'il était directeur de l'Institut international des études sur le travail au sein de l'Oit, de 1965 à 1971 : Cox Robert W. et Jacobson Harold K., (dir.), The Anatomy of Influence: Decision Making in International Organization, New Haven, Yale University Press, 1973 .

23 Les seules archives exploitées jusqu'ici ont été celles du Conseil de l'Ocde, l'organe exécutif de l'organisation (série «C»), dont la place fut limitée dans le processus rédactionnel. Sont mobilisés ici un corpus d'archives de l'Ocde spécifique au rapport McCracken, ainsi que des archives du département d’État états-unien pour les présidences Nixon, Ford («câbles Kissinger») et Carter, en partie mises en ligne par Wikileaks. L'essentiel de la documentation est composée de correspondances et de comptes rendus de réunion classés «confidentiels». L'enquête s'est aussi fondée sur des archives privées ou orales et sur des entretiens.

24 Bourdieu Pierre, Christin Olivier et Will Pierre-Étienne, «Sur la science de l’État», Actes de la recherche en sciences sociales, 133, 2000, p. 3-11, ici p. 6.

25 Pour la mise au point de cette méthode d'enquête à partir du cas de la Jobs Study de 1994, voir Gayon Vincent, «Un atelier d’écriture internationale : l'Ocde au travail. Éléments de sociologie de la forme ‘rapport’», Sociologie du travail, 51-3, 2009, p. 324-342 .

26 Avec l'aspect inter- ou transnational du keynésianisme qui pèse sur les configurations nationales, c'est là un autre angle mort Hall de Peter A. (dir.), The Political Power of Economic Ideas: Keynesianism across Nations, Princeton, Princeton University Press, 1989 .

27 Bourdieu Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éd. du Seuil, 2001, p. 113-114.

28 Berger Peter et Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, trad. par P. Taminiaux, Paris, Klincksieck, [1966] 1994, p. 211 sq.

29 Wikileaks, Public Library of U. S. Diplomacy (ci-après Plusd), secrétaire d’État, «Oecd Speech Draft (The Imperatives of Growth and Cooperation) for Secretary from Lord and Enders», 21 mai 1975.

30 Wikileaks, Plusd, mission permanente des États-Unis au sein de l'Ocde (ci-après Usoecd) (William Turner) au secrétaire d’État, «New U. S. Foreign Policy Objectives and Adaptation of Oecd to Serve Them ; Van Lennep Visit to Washington», 27 sept. 1974.

31 Le G10 regroupe le Canada, les États-Unis, la France, le Japon, l'Italie, les Pays-Bas, la République fédérale d'Allemagne (Rfa), le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. La Belgique y est parfois rattachée.

32 Entretien avec Stephen Marris, 24 mars 2009.

33 Türk Henning, «The Oil Crisis of 1973 as a Challenge to Multilateral Energy Cooperation among Western Industrialized Countries», Historical Social Research, 39-4, 2014, p. 209-230  ; Gfeller Aurélie Élisa, Building a European Identity: France, the United States, and the Oil Shock, 1973-1974, New York, Berghahn Books, 2012, p. 114-141 .

34 Spiro David E., The Hidden Hand of American Hegemony: Petrodollar Recycling and International Markets, Ithaca, Cornell University Press, 1999  ; Cohen Benjamin J., «When Giants Clash: The Oecd Financial Support Fund and the Imf », in Aggarwal V. K. (dir.), Institutional Designs for a Complex World: Bargaining, Linkages, and Nesting, Ithaca, Cornell University Press, 1998, p. 161-194 .

35 Les bons mots ne manquent pas à l’époque pour le qualifier. Si certains le placent «à la droite de Gengis Khan», d'autres, comme le conseiller financier de l'ambassade de France en mai 1976, rapportent que W. Simon «considère l'existence même de la main invisible d'Adam Smith comme une intrusion injustifiable dans les mécanismes de marché», cité in Paul Lagneau-Ymonet, «Entre le marché et l’État, les agents de change. Une socio-histoire économique de l'intermédiation officielle à la bourse de Paris», thèse de doctorat, Ehess, 2008, p. 212. W. Simon devient millionnaire dans les années 1980 en étant l'un des pionniers dans la prise de contrôle des sociétés par endettement (L bo : leveraged buy-out ou achat à effet de levier). Son hymne néolibéral et best-seller de l'année 1978, A Time for Truth, a été publié par le Reader's Digest et préfacé par M. Friedman et F. Hayek.

36 Helleiner Eric, States and the Reemergence of Global Finance: From Bretton Woods to the 1990s, Ithaca, Cornell University Press, 1996, p. 114 , citant Strange Susan, Casino Capitalism, Oxford, Blackwell, 1986, p. 31 .

37 Gayon Vincent, «Finance globale et démocratie. Un regard de sociologie politique de l’économie internationale», Interventions économiques. Papers in Political Economy, 56-3, 2016, p. 1-10. La tentation de chercher l'unique responsable est aussi grande que lacunaire, aussi bien quand elle se focalise sur les États-Unis (L. Panitch et S. Gindin, The Making of Global Capitalism. . ., op. cit.) que sur l'Allemagne ( Germann Julian, «German ‘Grand Strategy’ and the Rise of Neoliberalism», International Studies Quarterly, 58-4, 2014, p. 706-716 ) ou la France ( Abdelal Rawi, Capital Rules: The Construction of Global Finance, Cambridge, Harvard University Press, 2007 ).

38 Cette expression indigène désigne le Canada, les États-Unis, la France, l'Italie, le Japon, la Rfa et le Royaume-Uni.

39 Le G5 regroupe les États-Unis, la France, le Japon, la Rfa et le Royaume-Uni.

40 En 1976, le Royaume-Uni ne parvient plus à vendre ses titres de dette publique : la livre sterling a perdu le tiers de sa valeur depuis 1974 et le taux d'inflation a atteint 25 %.

41 Une opposition homologue et durable se retrouve, d'un côté, entre le Fmi et l'Ocde, de l'autre, entre le Trésor et le département d’État états-unien, qui se laisse appréhender dès la gestion du plan Marshall. Voir E. Helleiner, States and the Reemergence of Global Finance. . ., op. cit., p. 64 et 121 sq.

42 Wikileaks, Plusd, secrétaire d’État, «Oecd Speech Draft», 23 mai 1975.

43 Sur ce thème trop peu exploré, voir Sarai David, «US Structural Power and the Internationalization of the US Treasury», in Panitch L. et Konings M. (dir.), The American Empire and the Political Economy of Global Finance, Basingstocke, Palgrave Mcmillan, 2008, p. 71-89 .

44 Archives privées de Stephen Marris, «My History of my Time at the Oecd», record of Two Seminars Given by Stephen Marris to the Oecd Secretariat on 24th and 30th June, 1983.

45 Ibid. ; «Report of Discussion» [1983], in A. W. Coats (dir.), Economists in International Agencies: An Exploratory Study, New York, Praeger, 1986, p. 115-164, ici p. 125 ; Lennep Emile van, Working for the World Economy: A Personal History, trad. par A. Graafland, Amsterdam, Nibe, [1991] 1998, p. 260 .

46 En 1958, l'ingénieur-économiste néo-zélandais William Phillips a dégagé une relation inverse entre salaires et taux de chômage qui peut s'interpréter ainsi : si le chômage est faible, les entrepreneurs ont tendance à augmenter les salaires pour se procurer la main-d’œuvre dont ils ont besoin ; inversement, quand le taux de chômage est important, les salaires ont tendance à se stabiliser, voire à décroître. Voir Phillips A. William, «The Relationship between Unemployment and the Rate of Change of Money Wage Rates in the United Kingdom, 1861-1957», Economica, 25, 1958, p. 283-299 .

47 L’évolution des salaires nominaux est remplacée par celle de l'indice des prix. Voir Samuelson Paul A. et Solow Robert M., «Analytical Aspects of Anti-Inflation Policy», dossier «Problem of Achieving and Maintaining a Stable Price Level», The American Economic Review, 50-2, 1960, p. 177-194 , et, surtout, Samuelson Paul A., Economics: An Introductory Analysis, New York, McGraw-Hill, [1948] 1961 .

48 Paul Samuelson, «What's Wrong?», Newsweek, 19 mars 1973.

49 Iain Macleod, membre du Parti conservateur britannique, déclare dans un discours à la Chambre des Communes : «Nous avons maintenant le pire des deux mondes – pas seulement l'inflation d'un côté ou la stagnation de l'autre, mais les deux ensemble. Nous avons une sorte de situation de ‘stagflation’.» House of Commons official report, Hansard, 7 nov. 1965, vol. 720, cc1165.

50 Nelson Edward et Nikolov Kalin, «Monetary Policy and Stagflation in the Uk » [2002], Journal of Money, Credit and Banking, 36-3, 2004, p. 293-318 .

51 Solow Robert M., «Down the Phillips Curve with Gun and Camera», in Teigen R. L. (dir.), Readings in Money, National Income, and Stabilization Policy, Homewood, Irwin, 1978 . Leeson Voir Robert, «Keynes and the ‘Keynesian’ Phillips Curve», History of Political Economy, 31-3, 1999, p. 493-509 .

52 Dès 1971, certains évoquent une contre-révolution monétariste. Voir Harry Johnson G., «The Keynesian Revolution and the Monetarist Counter-Revolution», The American Economic Review, 61-2, 1971, p. 1-14 .

53 Friedman Milton, «The Role of Monetary Policy», The American Economic Review, 58-1, 1968, p. 1-17 . L'autre initiateur de la critique est le futur néokeynésien Phelps Edmund S. («prix Nobel» en 2006), «Phillips Curves, Expectations of Inflation and Optimal Unemployment over Time», Economica, 34, 1967, p. 254-281 .

54 Friedman Milton, «Nobel Lecture: Inflation and Unemployment», Journal of Political Economy, 85-3, [1976] 1977, p. 451-472  ; Forder James, «Friedman's Nobel Lecture and the Phillips Curve Myth», Journal of the History of Economic Thought, 32-3, 2010, p. 329-348 . Dans ce travail de mise en crise et de réification du keynésianisme, des auteurs éminents de la synthèse néoclassique ne sont pas en reste : Hicks John R., La crise de l’économie keynésienne, trad. par J. Le Cacheux, Paris, Fayard, [1974] 1988.

55 Des approches alternatives (keynésiennes, institutionnalistes, etc.) des anticipations, comme celles de Knut Wicksell, Michał Kalecki, Nicholas Kaldor, Don Patinkin, Gunnar Myrdal, Joan Robinson, Hyman Minsky, etc., sont ignorées.

56 Sargent Thomas J. («prix Nobel» en 2011), «Rational Expectations, the Real Rate of Interest, and the Natural Rate of Unemployment», Brookings Papers on Economic Activity, 2, 1973, p. 429-480 (cité dans le rapport McCracken).

57 John Maynard Keynes, The General Theory of Employment, Interest and Money, Londres, Palgrave Macmillan, 1936.

58 Pour parvenir au respect de ces règles de croissance stable, une modification brutale des taux d'intérêt – «l'effet de surprise» selon M. Friedman – peut être de mise. Cet interventionnisme stratégique est critiqué par les «nouveaux classiques» et par les «nouveaux keynésiens» qui veulent réduire l'incertitude, y compris sur l'action et les instruments, pour éviter les erreurs d'anticipation. Voir Blanville Benjamin (alias Bernard Nivollet), «Monétaristes et keynésiens. Au-delà des partis pris politiques, quelles divergences théoriques?», Critiques de l’économie politique, 18-1, 1982, p. 45-67 .

59 Entretien avec Ronald Gass, 9 mars 2009 ; R. O. Keohane, «Economics, Inflation. . .», art. cit.

60 Dezalay Yves et Garth Bryant G., «Le ‘Washington Consensus’. Contribution à une sociologie de l'hégémonie du néolibéralisme», Actes de la recherche en sciences sociales, 121, 1998, p. 3-22, ici p. 5.

61 Aux côtés de S. Marris, le secrétariat de l'Ocde est composé notamment de Rodney Dobell, Stephen Potter et Michael Keating, respectivement chef de la division des questions économiques générales du département des Affaires économiques et statistiques et membres de cette division.

62 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 306 sq.

63 Aucune mention n'est faite des travaux d'Edmond Malinvaud ou de Jean-Pascal Benassy, qui théorisent au même moment le déséquilibre économique et distinguent, selon divers paramétrages, des zones de chômage keynésien et des zones de chômage néoclassique : Edmond Malinvaud, The Theory of Unemployment Reconsidered, Oxford, Blackwell, 1977. La même année, ce dernier est au centre d'une conférence sur l'emploi organisée par le département des Affaires sociales de l'Ocde à l'initiative du ministère français du Travail.

64 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 32.

65 Entretien avec S. Marris, loc. cit.

66 Entretien avec S. Marris, loc. cit., dont le point de vue converge avec R. Gass (entretien avec R. Gass, loc. cit.)

67 S. Marris, «My History. . .», loc. cit.

68 S. Marris, «My History. . .», loc. cit.

69 Cette analyse est notamment partagée par Albert O. Hirschman, «How the Keynesian Revolution Was Exported from the United States, and Other Comments», in P. A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas. . ., op. cit., p. 347-359, ici p. 355.

70 Goldthorpe John H., «The Current Inflation: Towards a Sociological Account», in Hirsch F. et Goldthorpe J. H. (dir.), The Political Economy of Inflation, Cambridge, Harvard University Press, 1978, p. 186-213 .

71 Oecd, Inflation: The Present Problem: Report by the Secretary General, Paris, Oecd, 1970, p. 35.

72 S. Marris, «My History. . .», loc. cit.

73 Cette notation hautement dépréciative, répétée dans la rédaction du rapport, explique sans doute que la note technique évoquée ne fasse pas mention des travaux du «pape» de ce courant, Robert Lucas Jr. («prix Nobel» en 1995). À la réception du rapport, l’échange de vues a été musclé entre ce dernier et un collaborateur de S. Marris, le second accusant le premier de «nihilisme politique» : Dobell Rodney, «Comments on Lucas and Korteweg on McCracken», Carnegie Rochester Conference Series on Public Policy, 11-1, 1979, p. 177-186 .

74 Okun Arthur M., Inflation: The Problems and Prospects before Us, Washington, Brookings Institution, 1970 .

75 Keegan William et Pennant-Rae Rupert, Who Runs the Economy? Control and Influence in British Economic Policy, Londres, Temple Smith, 1979, p. 101 .

76 Myrdal Gunnar, Against the Stream: Critical Essays on Economics, Londres, Macmillan, [1973] 1974.

77 Entretien avec Gösta Rehn en 1990, cité in Korpi Walter, «The Great Trough in Unemployment: A Long-Term View of Unemployment, Inflation, Strikes, and the Profit/Wage Ratio», Politics and Society, 30-3, 2002, p. 365-426, ici p. 392.

78 Rehn Gösta, «Conclusions», in Ocde, Les politiques de l'emploi, les revenus et la croissance à moyen terme, Paris, Ocde, 1978 .

79 Entretien avec R. Gass, loc. cit.

80 Wikileaks, Plusd, Usoecd au secrétaire d’État, «Discussion of Kissinger Proposal on Growth at Epc Restricted Session, June 16», 6 juin 1975.

81 Meadows Donella H. et al., The Limits to Growth: A Report for the Club of Rome's Project on the Predicament of Mankind, New York, Universe, 1972 . Le rapport McCracken a finalement anticipé les mêmes difficultés d'approvisionnement en matières énergétiques (spécialement en pétrole) à l'horizon 1990.

82 Pestel Eduard et Mesarović Mihajlo, Mankind at the Turning Point: The Second Report to the Club of Rome, New York, Dutton, 1974 . Sur les relations entre l'Ocde et le Club de Rome, voir M. Schmelzer, The Hegemony of Growth. . ., op. cit., p. 245 sq.

83 Après avoir quitté l'Ocde en 1980, G. Eldin devient sous-gouverneur du Crédit foncier de France.

84 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, «Meeting with Mr. P. McCracken to Discuss the Kissinger Proposal for a Group of Economic Experts to Suggest Possible Strategies for the Achievement of Non-Inflationary Growth», 1er juill. 1975.

85 Le Centre de l'aide au développement de l'Ocde, dont l'action porte sur les pays du Sud, est quant à lui tenu à l’écart.

86 Intitulé «Politique commerciale et relations économiques» (Paris, Ocde, 1973), le rapport Rey introduit l'expression «commerce des services» (dénommés «les invisibles») et examine leur libéralisation internationale accrue dans le cadre des négociations du Gatt (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce).

87 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, «Meeting with Mr. P. McCracken to Discuss the Kissinger Proposal for a Group of Economic Experts to Suggest Possible Strategies for the Achievement of Non-Inflationary Growth», 1er juill. 1975.

88 Une première estimation oscille entre 400 000 et 500 000 francs (soit entre 275 000 et 340 000 euros de 2014), incluant des indemnités pour six à sept experts et des études complémentaires : Wikileaks, Plusd, Usoecd au département d’État, «Economic Growth Study by Independent Experts Group», 16 juill. 1975.

89 Certains économistes, comme Kenneth Arrow («prix Nobel» en 1972), ont réintroduit cette question dans le cadre néoclassique à l’échelle des entreprises. Voir Arrow Kenneth J., Les limites de l'organisation, trad. par Tradecom, Paris, Puf, [1974] 1976 .

90 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, P. McCracken à E. van Lennep, 3 juill. 1975. Lettre aussitôt connue de la mission états-unienne : Wikileaks, Plusd, Usoecd au secrétaire d’État, «Growth Study by Economist Group», 9 juill. 1975.

91 P. McCracken indique ses préférences à partir d'une liste de noms que le secrétariat lui soumet : Paris, Centre d'archives de l'Ocde, John D. Fay au secrétaire général, «Independent Experts Group on Growth without Inflation», 10 sept. 1975.

92 McCracken Paul W. (interrogé par Christopher DeMuth, président de l'Aei), The Intellectual Portrait Series: A Conversation with Paul W. McCracken, Indianapolis, Liberty Fund, 2002 .

93 Yorba Linda, Richard Nixon Presidential Library (ci-après archives présidentielles Nixon), Council of Economic Advisers, boîtes 3-8, Paul W. McCracken, «Meeting Files, 1968 (1969)-1971: Oecd Economic Policy Committee Meetings».

94 Ann Arbor, Gerald R. Ford Presidential Library, boîtes 1-4, P. W. McCracken Files, «Conference on Inflation Subject File, 1974».

95 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, P. W. McCracken à E. van Lennep, 26 mai 1975.

96 Mucciaroni Gary, The Political Failure of Employment Policy, 1945-1982, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1990, p. 86 .

97 Le Monde, 20 août 1969.

98 P. W. McCracken, The Intellectual Portrait Series. . ., op. cit.

99 Friedman Milton, An Economist's Protest: Columns in Political Economy, Glenn Ridge, T. Horton, 1972, chap. 1 et 2.

100 Dans l'histoire promonétariste des rapports critiques entre M. Friedman et le Cea, il n'est jamais fait mention de P. McCracken : Nelson Edward et Schwartz Anna J., «The Impact of Milton Friedman on Modern Monetary Economics: Setting the Record Straight on Paul Krugman's ‘Who was Milton Friedman?’» [2007], Journal of Monetary Economics, 55-4, 2008, p. 835-856 .

101 Archives présidentielles Nixon, Foreign Relations of the United States, 1969-1976, vol. 3, 2003, doc. 157, P. McCracken à Nixon, «International Monetary Reform», 2 juin 1971.

102 Voir E. Helleiner, States and the Reemergence of Global Finance. . ., op. cit., p. 116, n. 57, qui s'appuie notamment sur les mémoires de George J. Stigler, Memoirs of an Unregulated Economist, New York, Basic Books, 1988 .

103 van Offelen Jacques, Mont Pèlerin Society: Inventory of the General Meeting Files, 1947-1998, Ghent, Liberaal Archief, 2004 .

104 Bourdieu Pierre, «Effet de champ et formes de conservatisme», Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. du Seuil, [1992] 1998, p. 456-462  ; Passeron Jean-Claude, «Présentation», in Schumpeter J., Impérialisme et classes sociales, trad. par S. de Segonzac et P. Bresson, Paris, Flammarion, [1972] 1984, p. 9-38 .

105 P. W. McCracken, The Intellectual Portrait Series. . ., op. cit.

106 Il ne cessa ensuite de jouer ce rôle d'intermédiaire. Membre de l'Economic Policy Advisory Board de Reagan, il est co-auteur, avec John Galbraith, d'un ouvrage juxtaposant leurs conférences respectives sur la stratégie économique de cette administration : Galbraith John K. et McCracken Paul W., Reaganomics: Meanings, Means, and Ends, New York, Free Press, 1983 .

107 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, J. D. Fay au secrétaire général, «Independent Experts Group on Growth without Inflation», 10 sept. 1975.

108 G. Mucciaroni, The Political Failure. . ., op. cit., p. 93-104.

109 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, J. D. Fay au secrétaire général, «Independent Experts Group. . .».

110 Samuel Brittan, «Two New Study Groups Aim to Improve West's Economic Record», Financial Times, 29 sept. 1975.

111 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, Francis Cassavetti à Gérard Eldin, «Announcement of McCracken Group on Growth», 29 sept. 1975.

112 Pauly Louis W., Who Elected the Bankers? Surveillance and Control in the World Economy, Ithaca, Cornell University Press, 1997, p. 103-104 .

113 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, F. Cassavetti à M. Dantin, «Publicity for First Meeting of McCracken Group», 5 nov. 1975.

114 Issu d'un milieu populaire, boursier Rockefeller à Yale, R. Marjolin est le premier économiste à soutenir une thèse sur Keynes en France. Investi dans le groupe socialiste «Révolution constructive» dans les années 1930, il est chargé de mission à Matignon sous Léon Blum et participe au colloque Walter Lippman en 1938, aux côtés de son ami Raymond Aron. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se lie à Lionel Robbins à la London School of Economics, place forte de l'anti-keynésianisme britannique d'après-guerre. Secrétaire général de l'Organisation européenne de coopération économique (Oece) de 1948 à 1955, il est sa vie durant un économiste pro-européen. Adjoint de Jean Monnet au Plan, il participe activement à la rédaction du traité de Rome. R. Marjolin est une figure incontournable sur les questions monétaires internationales dans les années 1960 et 1970. À son départ de la Commission européenne en 1967, il siège au conseil d'administration de la Royal Dutch Shell, de la Chase Manhattan Bank, de General Motors ou d'Ibm. On lui doit deux rapports d'envergure : le premier, en 1968, prône la libéralisation du crédit et des taux bancaires (pour que les prix retrouvent leur rôle dans l'allocation des fonds), ainsi qu'une politique d'internationalisation de l’économie française dans un contexte international (marché des eurodollars), rendant illusoire, aux yeux du groupe, une politique monétaire indépendante ; le second, en 1975, pour la Commission européenne, identifie les implications institutionnelles de l'Union économique et monétaire, en particulier la création d'une monnaie, l'Ecu.

115 Professeur d’économie à l'université de Tōkyō, spécialisé en macroéconomie internationale et monétaire, R. Komiya est présenté par l'ambassade des États-Unis au Japon comme un «keynésien pragmatique», à l'image de P. McCracken. En novembre 1974, il expose à la Brookings Institution un rapport sur l'inflation au Japon. Il représente au même moment son pays dans le groupe d’études sur les multinationales de l'Onu.

116 R. Matthews est alors doyen du Clare College de Cambridge. Il a pris la succession de John Hicks («prix Nobel» en 1972) à Oxford, qui avait contribué à intégrer certains aspects de la théorie keynésienne dans le corps des hypothèses néoclassiques d’équilibre. Ses travaux portent sur la théorie de la croissance économique et les conditions du plein emploi au Royaume-Uni. Il a pu être labellisé «post-keynésien» et a mené des travaux avec Frank Hahn, un critique des nouveaux classiques mais aussi un théoricien de l’équilibre général intégrant le fait monétaire.

117 G. Carli devient dans les années 1980 le président du principal lobby d'affaires auprès de la Communauté économique européenne (Cee), l'Union of Industrial and Employers Confederations of Europe (Unice). Il a occupé précédemment le poste de gouverneur de la Banque d'Italie de 1960 à 1975 et a été choisi comme négociateur pour l'Italie à Bretton Woods en 1944. Il s'est toujours opposé au système de taux de change flottant.

118 Non mentionné dans la liste officielle des membres du groupe mais remercié explicitement par P. McCracken dans le rapport final, S. Marris joue un rôle central dans son écriture. Ancien directeur de la branche des études générales du département économique de l'Ocde, il est promu en avril 1975 conseiller économique spécial du secrétaire général de l'Ocde, au même grade qu'un directeur de département mais sans les contraintes administratives. S. Marris a poursuivi l'essentiel de sa carrière à l'Ocde, à l'exception d'un passage d'un an, au début des années 1970, à la Brookings Institution. À sa retraite, il rejoint pour quelques temps l'Institute for International Economics créé en 1981 par Fred Bergsten à Washington.

119 Ancien président du Comité fédéral des conseillers économiques de la Rfa et directeur en exercice de l'Institut d’économie mondiale de l'université de Kiel, Herbert Giersch préside la Société du Mont-Pèlerin de 1986 à 1988. L'ambassade états-unienne à Bonn le décrit comme un «croyant résolu dans l’économie de marché», qui dénonce l'usage de l'inflation par les gouvernements pour diminuer la dette du secteur public au détriment de l’épargne privée. Il préconise une désindexation des salaires et une indexation des actifs financiers. Il signe en 1975 le manifeste (monétariste) des All Saints pour l'Union économique et monétaire européenne.

120 Assar Lindbeck prend en 1971 la direction de l'Institut d’études économiques internationales de l'université de Stockholm, fondé en 1962 par G. Myrdal. Il contribue à la transformation néoclassique de l'institut. Dans The Policial Economy of the New Left, New York, Harper and Row, 1971, préfacé par P. Samuelson, il défend la synthèse néoclassique contre les new radicals états-uniens qui la mettent en question. Il est également l'un des fondateurs du «prix Nobel» d’économie qui récompense G. Myrdal en 1974, lequel regrette de l'avoir accepté peu après. Durant sa participation au groupe McCracken, il publie un article dans l'American Economic Review où il tente de se situer à égale distance de Keynes et de l’École de Chicago, tout en intégrant les analyses du public choice dans celles du fonctionnement du champ politique. Ses recommandations visent notamment la «dépolitisation» de certaines agences gouvernementales comme les Banques centrales, ainsi que le contournement des Parlements dans la mise en œuvre de politiques économiques discrétionnaires. Il quitte avec fracas le Parti social-démocrate suédois en 1982, en désaccord sur la question de la création d'un fonds alimenté par une taxe sur les profits des sociétés, destiné à acheter des actions de ces mêmes sociétés et géré par les syndicats. Il est l'un des théoriciens du modèle «insiders/ousiders» dans l'analyse du marché du travail, dont quelques éléments figurent déjà dans le rapport.

121 S. Marris, «My History. . .», loc. cit.

122 Gayon Vincent et Lemoine Benjamin, «Pédagogie économique», Genèses, 93-4, 2013, p. 2-7 .

123 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, J. D. Fay à Thierry Monnier, «McCracken Group: Consultative Arrangements with Biac and Tuac», 19 nov. 1975.

124 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, «Expert Group on Non-Inflationary Growth: Introductory Note by the Secretariat», 30 sept. 1975.

125 Pour de premiers résultats, voir M. Schmelzer, The Hegemony of Growth. . ., op. cit, p. 300-312.

126 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, S. Marris au secrétaire général, «First Meeting of McCracken Group, 6th-7th November 1975», 18 nov. 1975.

127 Crozier Michel, Huntington Samuel P. et Watanuki Joji, The Crisis of Democracy: Report on the Governability of Democracies to the Trilateral Commission, New York, New York University Press, 1975, p. 30 , 113-114 et 164.

128 Selon R. Dobell, «Comments on Lucas. . .», art. cit.

129 Ancien Premier ministre adjoint des affaires économiques dans le gouvernement turc, A. Karaosmanoğlu est l'auteur du plan de développement de 1962. Directeur en exercice de la politique du développement de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird), il est présenté par l'ambassade des États-Unis à Ankara comme un «ancien doctrinaire socialiste» aux inclinations «étatistes» et «nationalistes», s’étant «adouci» lors de son passage à l'Ocde et à la Bird.

130 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, S. Marris, «McCracken Report», 3 févr. 1977.

131 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 277.

132 Ibid., p. 154.

133 Par exemple, à réception du rapport Delors ou Rehn (Ocde, Les politiques de l'emploi. . ., op. cit.) ; Fred L. Block, The Origins of International Economic Disorder: A Study of United States International Monetary Policy from World War II to the Present, Berkeley, University of California Press, 1977, p. 204 sq. Pour une synthèse informée, voir Hajduk Thomas, «A Code to Bind them All: The Multinational Dilemma and the Endeavour for an International Code of Conduct», in Brändli S., Schister R. et Tamò A. (dir.), Multinationale Unternehmen und Institutionen im Wandel. Herausforderungen für Wirtschaft, Recht und Gesellschaft, Bern, Stämpfli, 2013, p. 311-339 .

134 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, S. Marris au secrétaire général, «McCracken Group: Meeting of 4-5 February», 9 févr. 1977.

135 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 30. Dans l'ouvrage qu'il consacre à la coopération économique internationale à l'heure du reagano-thatchérisme triomphant, S. Marris retient justement cet extrait keynésien aujourd'hui enseveli : Marris Stephen, Managing the World Economy: Will We Ever Learn?, Princeton, Princeton University, 1984, p. 6 .

136 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 282.

137 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, S. Marris au secrétaire général, «The Last Meeting of the McCracken Group, 7-8 April», 14 avril 1977.

138 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, Wilfred Lewis à S. Marris, 10 févr. 1977 (souligné dans l'original).

139 Ces craintes ont été confirmées par les usages et les référencements bibliographiques ultérieurs du rapport.

140 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, E. van Lennep à S. Marris, «McCracken Report», 25 févr. 1977.

141 Le Monde, 11 juin 1977.

142 Wikileaks, Plusd, Usoecd au secrétaire d’État, «Vice President Mondale's Talk with Oecd», 29 janv. 1977. Sur la «mission mondiale», voir Biven W. Carl, Jimmy Carter's Economy: Policy in an Age of Limits, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2002, p. 95-121 .

143 Gayon Vincent, «Le crédit vacillant de l'expert. L'Ocde face au chômage dans les années 1990 et 2000», Cultures et conflits, 75-3, 2009, p. 53-73 .

144 Ce plan est perçu comme un compromis franco-allemand : la relance budgétaire allemande contre la discipline monétaire en Europe. Ambassade des États-Unis à Rome au secrétaire d’État, «European Council, March 25-26, 1977: Declaration on Growth, Inflation and Unemployment», 30 mars 1977.

145 Wikileaks, Plusd, Usoecd au secrétaire d’État, «Documentation for June 23-24 Oecd Ministerial Meeting: Strategy for Sustained Expansion in the Oecd», 3 juin 1977.

146 Rapport tripartite de seize économistes de la Communauté européenne, du Japon et d'Amérique : Economic Prospects and Politics in the Industrial Countries, Washington, Brookings Institution, 1977.

147 U. S. Department of the Treasury News Release, «Remarks by the Honorable Michael Blumenthal Secretary of Treasury of the United States at the Ministerial Meeting of Oecd, Paris, France», 24 juin 1977 ; cité in W. C. Biven, Jimmy Carter's Economy. . ., op. cit., p. 118.

148 À tort, selon W. C. Biven, Jimmy Carter's Economy. . ., op. cit., p. 290, n. 77.

149 D. Spiro, The Hidden Hand. . ., op. cit., p. 148 sq.

150 W. C. Biven, Jimmy Carter's Economy. . ., op. cit., p. 145-162 ; Putnam Robert D. et Henning Randall C., «The Bonn Summit of 1978: A Case Study in Coordination», in Cooper R. N. et al. (dir.), Can Nations Agree? Issues in International Economic Cooperation, Washington, Brookings Institution, 1989, p. 12-140 .

151 P. McCracken et al., Pour le plein emploi. . ., op. cit., p. 31 et 58-61.

152 Ibid., p. 36 et 248 sq.

153 Paris, Centre d'archives de l'Ocde, S. Marris au secrétaire général, «The Last Meeting of the McCracken Group, 7-8 April», 14 avril 1977.

154 Robert Triffin, Gold and the Dollar Crisis: The Future of Convertibility, New Haven, Yale University Press, 1961. Cette position est alors défendue, entre autres et à l'Ocde, par Jacques Delors, «Conclusions», in O cde, Les politiques de l'emploi. . ., op. cit., p. 6-12.

155 Tobin James, The New Economics One Decade Older, Princeton, Princeton University Press, 1974  ; Id., «A Proposal for International Monetary Reform», Eastern Economic Journal, 4-3/4, 1978, p. 153-159.

156 Si, sur le papier, les contrôles de capitaux sont tout indiqués, en tant qu'instruments prévus à Bretton Woods, leur activation entraînerait pour ses détracteurs la chute de Londres comme place financière internationale de premier rang. Contre la «stratégie économique alternative» emmenée par Tony Benn à l'aile gauche du cabinet travailliste, l'acceptation du paquet austéritaire du Fmi par le gouvernement signe rétrospectivement, pour certains, la fin de la société britannique keynésienne avant même l'arrivée de Margaret Thatcher. Voir Burk Kathleen et Cairncross Alec, Good-Bye, Great Britain: The 1976 Imf Crisis, New Haven, Yale University Press, 1992  ; Hickson Kevin, The Imf Crisis of 1976 and British Politics, Londres, I. B. Tauris, 2005 .

157 Hirsch Fred et Doyle Michael W., «Politicization in the World Economy: Necessary Conditions for an International Economic Order», in Hirsch F., Doyle M. W. et Morse E. L. (dir.), Alternatives to Monetary Disorder, New York, McGraw-Hill, 1977 .

158 Commission des communautés européennes, rapport d'un groupe d’études sur le rôle des finances publiques dans l'intégration européenne, Bruxelles, avril 1977.

159 Basosi Duccio, «Principle or Power? Jimmy Carter's Ambivalent Endorsement of the European Monetary System, 1977-1979», Journal of Transatlantic Studies, 8-1, 2010, p. 6-18 .

160 Gayon Vincent, «Écrire, prescrire, proscrire. Notes pour une sociogénétique de l’écrit bureaucratique», Actes de la recherche en sciences sociales, 213, 2016, p. 84-103 .

161 Dobry Michel, «Ce dont sont faites les logiques de situation», in Favre P., Fillieule O. et Jobard F. (dir.), L'atelier du politiste. Théories, actions, représentations, Paris, La Découverte, 2007, p. 119-148 .

162 Pour une opérationnalisation de ce schème polanyien, voir Gayon Vincent et Lemoine Benjamin, «Maintenir l'ordre économique. Politiques de désencastrement et de réencastrement de l’économie», Politix. Revue des sciences sociales du politique, 27-1, 105, 2014, p. 9-35 .

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Annales. Histoire, Sciences Sociales
  • ISSN: 0395-2649
  • EISSN: 1953-8146
  • URL: /core/journals/annales-histoire-sciences-sociales
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 13
Total number of PDF views: 48 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 143 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between 23rd August 2017 - 18th November 2017. This data will be updated every 24 hours.