Skip to main content
×
Home
    • Aa
    • Aa
  • Get access
    Check if you have access via personal or institutional login
  • Cited by 3
  • Cited by
    This article has been cited by the following publications. This list is generated based on data provided by CrossRef.

    Onofri, Andrea 2016. Two Constraints on a Theory of Concepts. Dialectica, Vol. 70, Issue. 1, p. 3.


    Onofri, Andrea 2015. Mental Files and Rational Inferences. Inquiry, Vol. 58, Issue. 4, p. 378.


    LUDWIG, KIRK and SCHNEIDER, SUSAN 2008. Fodor’s Challenge to the Classical Computational Theory of Mind. Mind & Language, Vol. 23, Issue. 1, p. 123.


    ×

Computation and Intentional Psychology

  • Murat Aydede (a1)
  • DOI: http://dx.doi.org/10.1017/S0012217300005977
  • Published online: 01 April 2010
Abstract
Résumé

Le rapport entre une approche computationnelle et une approche intentionnelle en psychologie a toujours été une question difficile. La crainte est que si les processus mentaux sont computationnels, alors ces processus, définis sur des symboles, ne soient sensibles qu'aux propreétés non sémantiques des symboles. Stich, on le sait, a fait grand cas de cette tension et défendu une psychologie purement «syntaxique», en traçant une distinction tranchée entre l'individuation sémantique des occurrences de symboles et leur individuation fonctionnelle étroite. Si cette dernière peut être réalisée, affirme-t-il, nous n'avons pas besoin des types sémantiques. Je soutiens, pour ma part, que puisque l'individuation fonctionnelle étroite ne permet pas l'identityé de type entre des occurrences de symboles qui seraient liées à des organismes distincts, une approche sémantique des types reste la seule possible (l'individuation interpersonnelle physique des occurrences étant exclue).

Résumé

Le rapport entre une approche computationnelle et une approche intentionnelle en psychologie a toujours été une question difficile. La crainte est que si les processus mentaux sont computationnels, alors ces processus, définis sur des symboles, ne soient sensibles qu'aux propreétés non sémantiques des symboles. Stich, on le sait, a fait grand cas de cette tension et défendu une psychologie purement «syntaxique», en traçant une distinction tranchée entre l'individuation sémantique des occurrences de symboles et leur individuation fonctionnelle étroite. Si cette dernière peut être réalisée, affirme-t-il, nous n'avons pas besoin des types sémantiques. Je soutiens, pour ma part, que puisque l'individuation fonctionnelle étroite ne permet pas l'identityé de type entre des occurrences de symboles qui seraient liées à des organismes distincts, une approche sémantique des types reste la seule possible (l'individuation interpersonnelle physique des occurrences étant exclue).

Copyright
Linked references
Hide All

This list contains references from the content that can be linked to their source. For a full set of references and notes please see the PDF or HTML where available.

Murat Aydede 1997a “Language of Thought: The Connectionist Contribution.Minds and Machines, 7, 1: 57101.

Murat Aydede 1997b “Has Fodor Really Changed His Mind on Narrow Content?Mind and Language, 12, 3/4 (September/December): 422–58.

Ned Block 1993Holism, Hyper-Analyticity and Hyper-Compositionality.Mind and Language, 8, 1: 126.

Hartry Field 1978Mental Representation.Erkenntnis, 13, 1: 961.

Jerry A. Fodor 1991 “Replies.” In Meaning in Mind: Fodor and His Critics, edited by B. Loewer and G. Rey , chap. 15. Oxford, UK: Basil Blackwell.

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Dialogue: Canadian Philosophical Review / Revue canadienne de philosophie
  • ISSN: 0012-2173
  • EISSN: 1759-0949
  • URL: /core/journals/dialogue-canadian-philosophical-review-revue-canadienne-de-philosophie
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×