Skip to main content
×
Home

Heidegger ou le défi de penser la technique1

  • Jocelyn R. Beausoleil (a1)
Abstract

Plusieurs ont pu dire de Heidegger qu'il était résolument contre la technique. Et—il faut bien le reconnaître—beaucoup de choses dans ce qu7apos;il a écrit ou exprimé permettent effectivement d'avancer une telle thèse, quoique Heidegger ait lui-même protesté contre cette simplification de sa pensée. L'on pourrait citer ici un auteur, dont la critique touchant cette question ne présente rien de vraiment original, mais quijustement par son manque d'originalité traduit assez bien l'opinion la plus largement répandue, et aussi la plus facilement acceptée

Copyright
References
Hide All

2 Winfried Franzen, Martin Heidegger, Metzler, Realien zur Literatur, Abteilung D: Literaturgeschichte, tome M 141 (Stuttgart: J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung und Carl Ernst Poeschel Verlag, 1976), 65 (traduction proposée).

3 Jean-François Revel, Pourquoi des Philosophes, suivi de La Cabale des dé'vots, et précédé d'une étude inédite sur La Philosophie depuis 1960, Pluriel, no 8339 (Paris: Editions Robert Laffont, 1979), 85.

4 Martin Heidegger, «L'époque des “conceptions du monde”», dans Chemins qui ne mènent nulle part, Classiques de la philosophic (Paris: Editions Gallimard, 1962), 86 (traduction légèrementmodifiée). Jetraduis «geschichtlich» par«historial»et «historisch» par «historique». Ce qui est «historial», c'est ce qui relève de l'Histoire (die Geschichte), elle-même comprise àpartir du Destin (das Geschick) que Heidegger explicite ultimement par la Dispensation (die Zuschickung). L'Histoire (die Geschichte) rend possible l'histoire (die Historie), c'est-à-dire la simple chronologie des «faits» ayant eu lieu, tout en ne s'y reduisant jamais. L'Histoire (die Geschichte) «envoie» toujours déjà ce que 1'histoire (die Historie) ne fait que répertorier après coup. De plus, il faudrait sans doute ici remarquer que le fait de proposer des traductions francaises modifiés ne precède aucunement de la prévention de faire mieux que le travail méritoire des traducteurs, mais bien plutôt de la volonté d'introduire une certaine uniformisation dans les textes traduits.

5 Heidegger Martin, «La Fin de la philosophie et la tâche de la pensée» dans Questions, recueil 4, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1976), 117–118 (traduction légèrement modifiée).

6 Heidegger Voir Martin, Nietzsche, Bibliothèque de philosophie, tome 2 (Paris: Editions Gallimard, 1971), 266. Pour Heidegger, ainsi que l'indique le contexte, la «modernite» se signale entre autres par la «pensée de Descartes», la«métaphysique de Leibniz», la «philosophie de Hume».

7 Heidegger Voir Martin, «Hegel et les Grecs», dans Questions, recueil 2, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1968), 52.

8 Heidegger Voir, «La Fin de la philosophie et la tâche de la pensée», 115.

9 Heidegger, Nietzsche, tome 1, 385 (traduction légèrement modifiée). Je traduis «Auseinandersetzung»par «ex-pli-cation». Ce que Heidegger entend par-là, ce n'est nullement l'explication au sens du commentaire éclairant (die Erkldnmg). L'«ex-plication» est bien plutôt la mise en position réciproque de deux points de vue opposés, un peu à la manière dont cela se produit dans un affrontement ou un débat.

10 Heidegger, «L'epoque des “conceptions du monde”», 87 (traduction légèrement modifiée). Je traduis «Austrag» par «Différend-decisif». Pour cela, je m'en réfere à l'expression allemande «zum Austrag bringen» qui signifie: amener à decision un différend. Wolfgang Brokmeier propose quant à lui detraduire «Austrag» par «endurance». Cette dernière traduction a le méritede bienrendre I'idée qu'il faut ici persister dans l'effort.

11 Voir Heidegger, Nietzsche, tome 1, 212.

12 Heidegger, «L'epoque des “conceptions du monde”», 74 (traduction légèrement modifiée).

13 Voir ibid., 69.

14 Biemel Voir Waller, Le Concept de Monde chez Heidegger, Philosophes contemporains—Textes et Etudes, no 4 (Louvain et Paris: Nauwelaerts/J. Vrin, 1950), 102.

15 Heidegger, Nietzsche, tome 2, 39 (traduction légèrement modifiée).

16 Heidegger Voir Martin, «Le mot de Nietzsche “Dieu est mort”», dans Chemins qui ne ménent nulle part, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1962),175.

17 Heidegger Voir Martin, Introduction à la métaphysique, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1967), 37.

18 Heidegger Voir Martin, Qu'appelle-t-on penser?, Epiméthée (Paris: Presses Universitaires de France, 1967), 26, 9899.

19 Heidegger Martin, «Hegel et son concept de l'expérience», dans Chemins qui neménent nulle part, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1962), 161 (traduction légèrement modifiée).

20 Heidegger Voir Martin, «La question de la technique», dans Essais et conférences, Les essais (Paris: Editions Gallimard, 1958), 2022, 26–28, 32–34. Je m'écarte de la traduction d'André Préau qui propose de rendre «Ge-stell» par «arraisonnement».II est à remarquer que cette traduction n'est nullement fausse, et qu'elle traduit même très bien l'un des sens possibles du mot «stellen», comme lorsqu'il désigne l'opération d'arraisonner un navire. Cependant, une telle traduction me semble réductrice, car elle donne à entendre que la technique ne puisse intervenir que secondement dans la constitution de l'Etant. Or, et c'est la tout le sens du questionnement de Heidegger sur l'essence de la technique, il importe ici de comprendre fondamentalement ce qu'est la technique et de voir qu'elle n'est aucunement quelque chose de simplement subsidiaire.En traduisant «Ge-stell» par «Pose-rassemblante-structurante», je me propose de focaliser un faisceau sémantique qui se dégage de l'utilisation que Heidegger fait du mot «Ge-stell» pour caracteriser l'essence de la technique. II s'agit d'abord derendre le sens du geste de «poser» (stellen), ensuite celui du geste de «rassembler», souvent rendu en allemand par le préfixe «ge-», et enfin celui du geste de «structurer», qui, lui, ressort plutôt du rapprochement de «Ge-stell» avec «Gestalt».Cette derniere nuance se précise dans la suite de l'exposé. En fait, la traduction queje soumets ici offre plus d'affinités avec celle que suggére Francois Fédier, lorsqu'il traduit «Ge-stell» par «unite de tous les modes de mise en position» (Heidegger voir Martin, «Le chemin vers la parole», dans Acheminement vers la parole, Classiques de la philosophie [Paris: Editions Gallimard, 1976], 251).

21 Heidegger, «La question de la technique», 19 (traduction légèrement modifiée). Je traduis le verbe «we sen» par «essencifier», reprenant ainsi une suggestion de Pierre Klossowski dans sa traduction de l'ouvrage de Heidegger consacré à Nietzsche. C'est également à lui que je fais un emprunt lorsque, comme il apparait plus loin, je rends «anwesen» par «présencifier». En outre, une remarque s'impose ici sur la maniere dont doit étre comprise la «Verite» de l'Etre chez Heidegger. Cette «Verite» ne se comprend nullement suivant le mode de l'«adaequatio rei et intellectus». La «Vérité» vise plutot la desoccultation, l'uverture, l'eclaircie, à partir de laquelle seulement une quelconque adéquation—un rapport de convenance—entre la chose et l'intellect devient éventuellement possible et vérifiable.

22 Heidegger Martin, «L'origine de l'oeuvre d'art», dans Chemins qui ne ménent nulle part, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1962), 66 (traduction légérement modifiée).

23 Ibid., 50 (traduction légèrement modifiée). Je ne traduis pas simplement «Gestalt» par «forme» ou «figure», mais bien par «Faconnante-configuration», afin de rendre toute la force dugeste de faconnement {die Gestaltunt; )impliquée dansl'action productrice de l'oeuvre.

24 Weizsäcker Carl Friedrich von, «Heidegger und die Naturwissenschaft», dans Heidegger, Freiburger Universitätsvorträge zu seinem Gedenken (Freiburg et München: Verlag Karl Alber, 1977), 86 (traduction proposée).

25 Heidegger Martin, «Dépassement de la métaphysique», dans Essais et conférences, Les essais (Paris: Editions Gallimard, 1958), 92 (traduction légèrement modifiée).

26 Voir Heidegger, Nietzsche, tome 1, 213.

27 Voir Heidegger, «Dépassement de la métaphysique», 96.

28 Heidegger Martin, «Protocole d'un séminaire sur la conférence “Temps et Etre ”«, dans Questions, recueil 4, Classiques de la philosophie (Paris: Editions Gallimard, 1976), 91 (traduction légèrement modifiée). La traduction du terme «Er-eignis» suscite de reelles difficultes. André Préau suggère de le traduire par «Copropriation», alors que Francois Fédier propose delerendre par «appropriement». Pour ma part, je risque «Donation-en-propre», prenant appui sur le fait que Heidegger précise la portee de ce mot en le rapportant a l'acte de donner (voir Heidegger, «Le chemin vers la parole», 246). Cependant, cette «donation» ne saurait etre ici comprise comme si elle était le fait d'un «agent» parfaitement identifiable, car elle est bien plutôt un «geste» absolument neutre. Par ailleurs, il conviendrait aussi de dissiper toute équivoque sur le sens de cette traduction, afin de ne pas laisser l'impression que Heidegger se lancerait à la quête de quelque «propre» ineffable. La «Donation-en-propre» relève si peu suid'une suid'une «pensee du propre» que pour Heidegger la Donation-en-propre (das Er-eignis) ne se peut penser sans le dépropriement (die Enteignis): «À la Donation-en-propre en tant que telle appartient le dépropriement. À travers lui, la Donation-en-propre ne s'abandonne pas, mais au contraire elle conserve sa propriété» ( Heidegger Martin, «Temps et Être», dans Questions, recueil 4, Classiques de la philosophie [Paris: Editions Gallimard, 1976], 45 [traduction légèrement modifiée]). La Donation-enpropre ne donne en propre que si au même moment elle se déproprie d'elle-même. Elle n'est done ultimement Donation-en-propre qu'en étant toujours déjà par elle-même dépropriement, et jamais autrement. Ainsi voit-on désormais clairement qu'une problématique s'employant à penser la Donation-en-propre, comme celle de Heidegger, sesitue d'emblee par-delà l'opposition du propre et de son contraire, et qu'il ne convient nullement de céder à des escarmouches lexicales dont toute la stratégie dérisoire consiste uniquement à faire argumenter la terminologie. C'est malheureusement ce à quoi trop souvent se réduit la critique que Derrida adresse à Heidegger, ainsi que l'illustie encore l'extrait suivant: «Cet écart [e'est-a-dire l'ecart que Derrida prétend marquer par rapport à la problématique heideggerienne] intervient aussi, corrélativement, quant à la valeurde propre (propriété, proprir, appropriation, toute lafamille de Eigentlichkeit, Eigen, Ereignis) qui est peut-étre le fil le plus continu et le plus difficile de la pensée heideggerienne» (Derrida Jacques, «Positions», dans Positions, Critique [Paris: Editions de Minuit, 1972], 7374).

29 Poggeler Voir Otto, «“Sein als Ereignis”—Martin Heidegger zum 26. September 1959«, Zeitschrift fiir philosophische Forschung 13/4 (1959), 622.

30 Heidegger, «Le chemin vers la parole», 248, note 19 (traduction légèrement modifiée).

1 Cette conférence a d'abord été prononcée, dans une formulation quelque peu differénte et sous le titre Heidegger et la technique, le 15 novembre 1982, à l'invitation du Cercle de Philosophie de Trois-Rivières. Elle a ensuite été reprise, avec quelques ajouts et sous le titre Heidegger ou le défi de penser la technique, le 2 février 1983, à la demande de la Société de Philosophie de Montréal. Ces deux communications ont permis d'affiner la réflexion sur certains points et fait entrevoir l'opportunité de remanier par endroits le texte, de facon à en éliminer les imprécisions apparues lors des échanges de questions. Pour la publication d'é la version définitive, le second titre, parce qu'il comporte une plus grande force d'évocation que le premier, a été retenu.

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Dialogue: Canadian Philosophical Review / Revue canadienne de philosophie
  • ISSN: 0012-2173
  • EISSN: 1759-0949
  • URL: /core/journals/dialogue-canadian-philosophical-review-revue-canadienne-de-philosophie
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 3 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 41 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between September 2016 - 14th December 2017. This data will be updated every 24 hours.