Skip to main content Accessibility help
×
Home
Hostname: page-component-544b6db54f-2p87r Total loading time: 0.448 Render date: 2021-10-25T08:05:29.528Z Has data issue: true Feature Flags: { "shouldUseShareProductTool": true, "shouldUseHypothesis": true, "isUnsiloEnabled": true, "metricsAbstractViews": false, "figures": true, "newCiteModal": false, "newCitedByModal": true, "newEcommerce": true, "newUsageEvents": true }

André Allard 1937–2014

Published online by Cambridge University Press:  31 July 2015

Anne-Marie Doyen*
Affiliation:
Université de Namur
Paul Pietquin*
Affiliation:
Université de Namur
Rights & Permissions[Opens in a new window]

Abstract

Type
In Memoriam
Copyright
Copyright © Cambridge University Press 2015 

Rien ne prédestinait André Allard, professeur de grec et de latin “heureux dans l'enseignement secondaire”, comme il le disait lui-même, à la brillante carrière de chercheur qui fut la sienne dans le domaine de l'histoire des mathématiques de l'Antiquité et du Moyen Âge. Nanti d'une solide formation philologique et philosophique, le jeune professeur enseigna pendant une quinzaine d'années dans une école du Tournaisis. Sa passion communicative pour la grammaire le disputait au souci permanent d’éveiller les esprits de ses jeunes auditrices à la lecture des grands auteurs. Beaucoup ont encore en mémoire les belles leçons d'humanisme qu'il en tirait.

Très vite, il consacra ses loisirs et une partie de ses nuits à la rédaction, sous la direction de Joseph Mogenet, d'une thèse de doctorat. Celle-ci, intitulée Le grand calcul selon les Indiens de Maxime Planude, sa source anonyme de 1252 et les additions du XIVe siècle, fut défendue à l'Université catholique de Louvain en 1972 et couronnée par le Prix Tancredi Vigliardi Paravia. Il y développait avec succès les méthodes d'ecdotique initiées par son maître, et mettait en évidence la dette de Maxime Planude vis-à-vis du Liber Abaci de Leonardo de Pise.

L'excellence d'André Allard attira l'attention de l’éminente Claire Préaux et des autorités académiques de l'Université catholique de Louvain: fait sans précédent, il fut nommé directement au rang de chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique belge. Cette position allait lui permettre d'envisager des projets d'envergure, toujours dans le domaine des mathématiques anciennes: l’édition des plus anciennes versions latines du Calcul indien (Algorismus) d'al-Khwārizmī (1992), l’édition et le commentaire des Arithmétiques de Diophante en collaboration avec Roshdi Rashed, lequel avait identifié dans un manuscrit conservé à Mashhad la traduction arabe, faite au IXe siècle, d'une partie du texte grec perdu.

En 1980, A.A. soutint sa thèse d'agrégation de l'enseignement supérieur sur l'histoire du texte grec de Diophante et son édition. C'est à cette époque qu'il se familiarisa avec la langue arabe sous la houlette de Simone van Riet. Traquant inlassablement les témoins latins de textes arithmétiques, il rassembla alors une documentation considérable qui devait confirmer le rôle charnière du Moyen Âge – longtemps sous-estimé – dans la transmission des sciences mathématiques. Au fil des colloques internationaux et des séjours dans les grandes bibliothèques et universités d'Europe et du Proche-Orient, il tissa un réseau de collaborations et d'amitiés internationales, inquiet des conditions difficiles vécues par certains de ses collègues autant que de l'avancée du savoir.

Sollicité par plusieurs universités – les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur, l'Université catholique de Louvain, l'Université Paris VII-Jussieu, il renoua volontiers avec l'enseignement: il fut un professeur enthousiaste et généreux, qu'il s'agît d'initier les étudiants des premier et second cycles à la critique historique, l'ecdotique, la codicologie ou la paléographie, ou d'animer en troisième cycle des séminaires d'histoire des sciences. Il dirigea plusieurs mémoires et thèses de doctorat, se montrant toujours soucieux d'encourager les jeunes chercheurs. Lui-même évoquait souvent la reconnaissance qu'il éprouvait envers ses maîtres et ceux qui avaient déterminé son orientation.

Titulaire de nombreux prix et distinctions scientifiques, A.A. faisait partie de plusieurs sociétés savantes et, depuis 1998, de l'Académie Royale des Sciences, des Arts et des Lettres de Belgique (Classe de Lettres), dont il était un membre particulièrement actif. Tout récemment encore, il présenta plusieurs cycles de conférences consacrées à la tradition arithmétique dans le cadre du Collège Belgique. Il était membre du Comité scientifique de Arabic Sciences and Philosophy depuis sa fondation.

Au décès de Simone van Riet, il fut chargé de poursuivre la publication de la version latine de la Physique d'Avicenne, dont il révisa le De motu et de consimilibus en collaboration avec Jules Janssens. Son vœu le plus cher aurait été d'achever la publication du traité suivant, intitulé De his quae habent naturalia ex hoc quod habent quantitatem.

André Allard nous a quittés discrètement en mai 2014. Lucide jusqu'au bout, ce grand érudit, exigeant avec lui-même, fut aussi un homme de terrain, curieux de tout, aimant la vie et les hommes.

« Je n'ai pas choisi que ma lampe

s'éteigne, mais l'huile a trahi l'allumeur. »

(Abū al-‘Alā’ al-Ma‘arrī)

References

Allard, André, Le Grand Calcul selon les Indiens de Maxime Planude, sa source anonyme de 1252 et les additions du XIVe siècle, Éditions critiques, traductions, histoire des textes et commentaire (Louvain-la-Neuve, 1972) [Thèse de doctorat de l'UCL].Google Scholar
Allard, André, ‘Les procédés de multiplication des nombres entiers dans le calcul indien à Byzance’, Bulletin de l'Institut Historique Belge de Rome, 43 (1973): 111–44.Google Scholar
Allard, André, Les plus anciennes versions latines du XII esiècle issues de l'arithmétique d'al-Khwārizmī: histoire des textes, suivie de l’édition critique des traités attribués à Adélard de Bath et Jean de Séville, et d'un remaniement de ce dernier (Louvain-la-Neuve, 1975) [non publié].Google Scholar
Allard, André, ‘Le premier traité byzantin de calcul indien: classement des manuscrits et édition critique du texte’, Revue d'histoire des textes, 7 (1977): 57107.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, ‘À propos d'un algorisme latin de Frankenthal: une méthode de recherche’, Janus, 65 (1978): 119–41.Google Scholar
Allard, André, ‘Le petit traité d'Isaac Argyre sur la racine carrée’, Centaurus, 22, 1 (1978): 143.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, ‘L’Ambrosianus Et 157 sup., un manuscrit autographe de Maxime Planude’, Scriptorium, 33 (1979): 219–34.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, Diophante d'Alexandrie. Les Arithmétiques. Histoire du texte grec, édition critique, traductions et scolies (Tourpes, 1980) [Thèse d'agrégation de l'enseignement supérieur de l'UCL].Google Scholar
Allard, André, ‘La tentative d’édition des Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie par Joseph Auria’, Revue d'histoire des textes, 11 (1981): 99122.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, Maxime Planude. Le Grand Calcul selon les Indiens, Histoire du texte, édition critique, traduite et annotée (Louvain-la-Neuve, 1981).Google Scholar
Allard, André, ‘La tradition du texte grec des Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie’, Revue d'histoire des textes, 12–13 (1982–1983): 57137.Google Scholar
Allard, André, ‘Les scolies aux Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie dans le Matritensis Bib. Nat. 4678 et les Vaticani gr. 191 et 304’, Byzantion, 53, 2 (1983): 664760.Google Scholar
Allard, André, ‘Un exemple de transmission d'un texte grec scientifique: le Mediolanensis Ambrosianus A 91 sup., un manuscrit de Jean-Vincent Pinelli prêté à Mathieu Macigno’, Les Études classiques, 52 (1984): 317–39.Google Scholar
Allard, André, Rashed, Roshdi, ‘Chronique’, Revue des Questions Scientifiques, 155 (1984): 375–84 [compte rendu de J. Sesiano, Books IV to VII of Diophantus’ Arithmetica in the Arabic translation attributed to Qusṭā ibn Lūqā (Berlin, 1982)].Google Scholar
Allard, André, ‘Le manuscrit des Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie et les lettres d'André Dudith dans le Monacensis lat. 10370’, Mathemata. Festschrift für Prof. Dr. Helmuth Gericke zum 75. Geburtstag, Reihe Boethius, Bd. 12 (Stuttgart, 1985), pp. 297315.Google Scholar
Chemla, Karine, Morelon, Régis, Allard, André, ‘La tradition arabe de Diophante d'Alexandrie: à propos de quatre livres des Arithmétiques perdus en grec, retrouvés en arabe’, L'Antiquité classique, 55 (1986): 351–75 [doi: 10.3406/antiq.1986.2193].CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, ‘À propos de plusieurs publications récentes sur les Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie’, Revue des questions scientifiques, 158 (1987): 309–16.Google Scholar
Berger, André et Allard, André (éds), Quelques étapes de l'histoire de l'astronomie et de la géophysique en Belgique. Actes du colloque du 14 mars 1986 (Louvain-la-Neuve, 1987).Google Scholar
Allard, André, ‘L’époque d'Adélard et les chiffres arabes dans les manuscrits latins d'arithmétique’, dans Burnett, Charles (éd.), Adelard of Bath. An English Scientist and Arabist of the Early Twelfth Century (London, 1987), pp. 3743.Google Scholar
Allard, André, ‘La formation du vocabulaire latin de l'arithmétique médiévale’, dans Weijers, Olga (éd.), Méthodes et instruments du travail intellectuel au moyen âge. Études sur le vocabulaire (Turnhout, 1990), pp. 137–81.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, ‘The Arabic origins and development of Latin algorisms in the twelfth century’, Arabic Sciences and Philosophy, 1 (1991): 233–83.CrossRefGoogle Scholar
Allard, André, ‘La diffusion en Occident des premières œuvres latines, issues de l’Arithmétique perdue d'al-Khwārizmī’, Journal for the History of Arabic Science, 9 (1991): 101–5.Google Scholar
Allard, André, ‘Le traitement des fractions dans les premiers textes latins du XIIe siècle influencés par l'arithmétique arabe’, dans Benoit, Paul, Chemla, Karine, Ritter, Jim (éds), Histoire de fractions, fractions d'histoire (Basel, Boston, Berlin, 1992), pp. 291302.Google Scholar
Allard, André, Muḥammad ibn Mūsā al-Khwārizmī. Le Calcul Indien (Algorismus). Histoire des textes, édition critique, traduction et commentaire des plus anciennes versions latines remaniées du XIIe siècle (Paris et Namur, 1992).Google Scholar
Allard, André, ‘L'Occident médiéval à l'heure indo-arabe’, Le Courrier de l'Unesco, 46.11 (1993): 34–6.Google Scholar
Allard, André, ‘L'enseignement du calcul arithmétique à partir des XIIe et XIIIe siècles: l'exemple de la multiplication’, dans Hamesse, J. (éd.), Manuels, programmes de cours et techniques d'enseignement dans les universités médiévales. Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 9–11 septembre 1993 (Louvain-la-Neuve, 1994), pp. 117–35.Google Scholar
Allard, André, ‘Les sources arithmétiques et le calcul indien dans le Liber abaci’, dans Morelli, Marcello et Tangheroni, Marco (éds), Leonardo Fibonacci. Il tempo, le opere, l'eredità scientifica (Pisa, 1994), pp. 8398.Google Scholar
Allard, André, ‘La révolution arithmétique du Moyen Âge’, La Recherche, 278 (1995): 742–8.Google Scholar
Allard, André, ‘The influence of Arabic mathematics in the Medieval West’, dans Rashed, Roshdi (éd.), Encyclopedia of the History of Arabic Science, 3 vols (London, 1996), vol. II, pp. 539–80.Google Scholar
Allard, André, ‘L'influence des mathématiques arabes dans l'Occident médiéval’, dans Rashed, Roshdi (éd.), Histoire des sciences arabes. Mathématiques et physique, 3 vols (Paris, 1997), vol. II, pp. 199229.Google Scholar
Allard, André, ‘Quelques problèmes imagés d'arithmétique, témoins d'une culture scientifique médiévale’, dans Polet, Jean-Claude (éd.), Patrimoine littéraire européen. Actes du colloque international. Namur, 26, 27 et 28 novembre 1998 (Bruxelles, 2000), pp. 119–34.Google Scholar
Allard, André, ‘La “formule héronienne” de l'aire d'un triangle scalène et quelques aspects de la science médiévale’, dans Argoud, Gilbert et Guillaumin, Jean-Yves (éds), Autour de la Dioptre d'Héron d'Alexandrie. Actes du colloque international de Saint-Étienne, 17, 18, 19 juin 1999 (Saint-Étienne, 2000), pp. 295303.Google Scholar
Allard, André, ‘The influence of Abū Kāmil's algebra on the Latin authors of the 12th and 13th centuries’, Journal for the History of Arabic Science, 12 (2001): 8389.Google Scholar
Van Riet, Simone, Janssens, Jules, Allard, André, Avicenna Latinus. Liber primus naturalium. Tractatus secundus. De motu et de consimilibus (Leuven, 2006).Google Scholar
You have Access

Send article to Kindle

To send this article to your Kindle, first ensure no-reply@cambridge.org is added to your Approved Personal Document E-mail List under your Personal Document Settings on the Manage Your Content and Devices page of your Amazon account. Then enter the ‘name’ part of your Kindle email address below. Find out more about sending to your Kindle. Find out more about sending to your Kindle.

Note you can select to send to either the @free.kindle.com or @kindle.com variations. ‘@free.kindle.com’ emails are free but can only be sent to your device when it is connected to wi-fi. ‘@kindle.com’ emails can be delivered even when you are not connected to wi-fi, but note that service fees apply.

Find out more about the Kindle Personal Document Service.

André Allard 1937–2014
Available formats
×

Send article to Dropbox

To send this article to your Dropbox account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Dropbox.

André Allard 1937–2014
Available formats
×

Send article to Google Drive

To send this article to your Google Drive account, please select one or more formats and confirm that you agree to abide by our usage policies. If this is the first time you use this feature, you will be asked to authorise Cambridge Core to connect with your <service> account. Find out more about sending content to Google Drive.

André Allard 1937–2014
Available formats
×
×

Reply to: Submit a response

Please enter your response.

Your details

Please enter a valid email address.

Conflicting interests

Do you have any conflicting interests? *