Skip to main content Accesibility Help
×
×
Home

X. Theory of the Earth; or an Investigation of the Laws observable in the Composition, Dissolution, and Restoration of Land upon the Globe.

  • James Hutton (a1)
Extract

When we trace the parts of which this terrestrial system is composed, and when we view the general connection of those several parts, the whole presents a machine of a peculiar construction by which it is adapted to a certain end. We perceive a fabric, erected in wisdom, to obtain a purpose worthy of the power that is apparent in the production of it.

Copyright
References
Hide All

page 220 note * “Cette sommité élevée de 984 toises au dessus de notre lac, et par consequent de 1172 au dessus de la mer, est remarquable en ce que l'on y voit des fragmens d'huîtres pétrifiés.—Cette montagne est dominée par un rooher escarpé, qui s'il nest pas inaccessible, est du moins d'un bien difficile accès; il paroît presqu'entierement composé de coquillages pétrifiés, renfermés dans un roc calcaire, ou marbre grossier noirâtre. Les fragmens qui s'en detachent, et que l'on rencontre en montant à la Croix de fer font remplis de turbinites de différentes especes.” M. De Saussure, Voyage dans les Alpes, P. 394.

page 224 note * Stalactical and certain ferruginous concretions may seem to form an exception to the generality of this proposition. But an objection of this kind could only arise from a partial view of things; for the concretion here is only temporary, it is in consequence of a solution, and it is to be followed by a dissolution, which will be treated of in its proper place.

page 233 note * Accurate descriptions of those appearances, with drawings, would be, to natural history, a valuable acquisition.

page 238 note * Since this Dissertation was written, M. de la Peyrouse has discovered a native manganese. The circumstances of this mineral are so well adapted for illustrating the present doctrine, and so well related by M. de la Peyrouse, that I should be wanting to the interest of mineral knowledge, were I not to give here that part of his Memoir.

“Lorsque je fis insérer dans le journal de physique de l'année 1780, au mois de Janvier, une Dissertation contenant la classification des mines de manganèse, je ne connoissois point, à cette epoque, la mine de manganèse native. Elle a la couleur de son régule: ellè salit les doigts de la même teinte. Son tissu paroit aussi lamelleux, et les lames semblent affecter une sorte de divergence, Elle a ainsi que lui, l'éclat métalliquè; comme lui elle se laisse applatir sous le marteau, et s'exfolie si l'on redouble les coups; mais une circonstance qui est trop frappante pour que je l'omette, c'eft la figure de la manganèse native, si prpdigieusement conforme à celle du régule, qu'on s'y laisseroit tromper, si la mine n'étoit encore dans sa gangue: figure très-essentielle à observer ici, parce qu'elle est due à la nature même de la manganèse. En effet, pour réduire toutes les mines en général, il saut employer divers flux appropriés. Pour la reduction de la manganèse, bien loin d'user de ce moyen, il saut, au contraire, éloigner tout flux, produire la fusion, par la seule violence et la promptetude du seu. Et telle est la propension naturelle et prodigieuse de la manganèse à la vitrification, qu'on n'a pu parvenir encore à réduire son régule en un seul culot; on trouve dans le creuset plusieurs petits boutons, qui forment autant de culots lots séparés. Dans la mine de manganèse native, elle n'est point en une seule masse; elle est disposée également en plusieurs culots séparés, et un peu applatis; comme ceux que l'art produit; beaucoup plus gros, à la vérité, parce que les agens de la nature doivent avoir une autre énergie, que ceux de nos laboratoires; et cette ressemblance si exacte, semble devoir vous faire penser que la mine native à été produite par le seu, tout comme son régule. La presence de la chaux argentée de la manganèse, me permettroit de croire que la nature n'a fait que réduire cette chaux. Du reste, cette mine native est très-pure, et ne contient aucune partie attirable à l'aimant. Cette mine, unique jusqu'à ce moment, vient, tout comme les autres manganèse que j'at décrites, des mines de ser de Sem, dans la vallée de Viederses, en Comté de Foix.” Journal de Physique, Janvis 1786.

page 246 note * Plate I.

page 255 note * Plate II. fig. 1. 2. 3.

page 279 note * See Mr Whitehurst's Theory of the Earth.

page 279 note † The Chevalier de Dolomieu, in his accurate examination of Ætna and the Lipari islands, has very well observed the distinction of these two different species of lavas; but without seeming to know the principle upon which this essential difference depends. No bias of system, therefore, can here be supposed as perverting the Chevalier's view, in taking those observations; and these are interesting to the present theory, as corresponding perfectly with the facts from whence it has been formed. It will be proper to give the account of these in his own words.

La zeolite est tres-commune dans certains laves de l'Ethna; il seroit peut-être possible d'y en rencontrer des morceaux aussi gros que ceux que fournit l'isle de Ferroé. Quoique cette substance semble ici appartenir aux laves, je ne dirai cependant point que toutes les zeolites soient volcaniques, ou unies à des matieres volcaniques; celles que l'on trouve en Allemagne sont, dit-on, dans des circonstances differentes; mais je doit annoncer que je n'ai trouvé cette substance en Sicile, que dans les seules laves qui evidemment ont coulé dans la mer, et qui ont été recouvertes par ses eaux. La zeolite des laves n'est point une dejection volcanique, ni urie production du feu, ni même un matiere que les laves aient enveloppée lorsqu'elles etoient fluides; elle est le resultat d'une operation et d'une combinaison posterieure, auxquelles les eaux de la mer ont concouru. Les laves qui n'ont pas été submergées, n'en contiennent jamais. J'ai trouvé ces observations si constantes, que par-tout où je rencontrois de la zeolite, j'étois sûr de trouver d'autres preuves de submersion, et partout où je voyois des laves recouvertes des dépôts de l'eau, j'étois sûr de trouver de la zeolite, et un de ces faits m'a toujours indiqué l'autre. Je me suis servi avec succes de cette observation pour diriger mes recherches, et pour connoitre l'antiquité des laves. Mineralogie de Volcans, par M. Faujas de Saint-Fond. Here would appear to be the distindion of subterraneous lava, in which zeolite and calcareous spar may be found, and that which has flowed from a volcano, in which neither of these are ever observed.

page 300 note * Lib. 3. cap. 8.

page 301 note * Lettres sur l'Egypte, M. Savary.

Recommend this journal

Email your librarian or administrator to recommend adding this journal to your organisation's collection.

Earth and Environmental Science Transactions of The Royal Society of Edinburgh
  • ISSN: 1755-6910
  • EISSN: 1755-6929
  • URL: /core/journals/earth-and-environmental-science-transactions-of-royal-society-of-edinburgh
Please enter your name
Please enter a valid email address
Who would you like to send this to? *
×

Metrics

Altmetric attention score

Full text views

Total number of HTML views: 0
Total number of PDF views: 0 *
Loading metrics...

Abstract views

Total abstract views: 0 *
Loading metrics...

* Views captured on Cambridge Core between <date>. This data will be updated every 24 hours.

Usage data cannot currently be displayed